Recherche

Vatican News

En Pologne, célébrer la messe en pleine épidémie

Alors que les diocèses catholiques, partout dans le monde, doivent s’ajuster aux exigences gouvernementales pour juguler la propagation du coronavirus, en Pologne, les célébrations eucharistiques avaient toujours lieu ce dimanche, mais en groupe beaucoup plus restreint qu’à l’habitude. Retour sur la logistique d’une telle opération avec notre correspondant en Pologne.

Jasmin Lemieux-Lefebvre - Varsovie, Pologne

Dimanche matin, l’église de la paroisse Saint-Jean-Paul II à Varsovie est habituellement pleine lors des quatre messes proposées. Un troisième dimanche de Carême peu ordinaire alors que les fidèles devaient se plier aux mesures préventives nationales qui empêchent les rassemblements de plus de 50 personnes. Devant la porte de l'église, une illustration indique que l’on doit s’asseoir au maximum deux par bancs, en diagonale des gens devant et dernière nous, pour respecter la distance règlementaire d’un mètre.

Même si la paroisse était prête à organiser dans des salles attenantes jusqu’à deux célébrations supplémentaires à l’heure habituelle de chaque messe, nul besoin de le faire, il n’y avait que trente personnes dans l’église et vingt à l’extérieur devant des portes grandes ouvertes malgré les 5 degrés celsius au thermomètre.

Une situation qui s’est répétée partout dans le pays, le mot d’ordre «restez chez vous» étant largement repris par la population, qui a suivi en nombre record les liturgies télédiffusées. En soirée, le président de la conférence des évêques polonais Mgr Stanisław Gądecki a tenu à remercier les catholiques du pays d’avoir répondu si positivement à la dispense de la pratique dominicale proposée.

16 mars 2020, 11:43