Recherche

Vatican News
Bernard Preynat quitte le tribunal de Lyon, le 17 janvier 2020. Bernard Preynat quitte le tribunal de Lyon, le 17 janvier 2020.  (AFP or licensors)

France: fin du procès de Bernard Preynat, verdict le 16 mars

Cinquième et dernier jour du procès de Bernard Preynat ce vendredi 17 janvier. La justice rendra son verdict le 16 mars.

Les audiences sont terminées dans le procès de Bernard Preynat qui se tenait depuis mardi 14 janvier au tribunal correctionnel de Lyon. L’ex-prêtre Bernard Preynat sera fixé sur son sort le 16 mars prochain.

Les avocats des parties civiles et l’avocat de Bernard Preynat, Me Doyez, ont pris  la parole aujourd’hui. La question de la prescription, déjà débattue jeudi, est revenue dans les échanges.

La procureure de la République Dominique Sauves a requis une peine d’emprisonnement « qui ne soit pas inférieure à huit années » à l’encontre de Bernard Preynat, jugé pour de multiples agressions sexuelles commises sur de jeunes garçons âgés de 7 à 15 ans à l’époque des faits. 

Ces agressions sexuelles ont eu lieu entre 1971 et 1991 dans la paroisse de Sainte-Foy-lès-Lyon, près de Lyon et lors de camps scouts à l’étranger.

Ce dossier « stupéfiant »« grave »« effrayant »« mérite une réponse pénale ferme qui ne peut s’arrêter au bénéfice de l’âge », a lancé Dominique Sauves, au dernier jour du procès.

Face à lui, 15 parties civiles, dont 10 victimes, parmi les dizaines d’autres recensées par la justice, confrontées, après tant d’années, à la parole de leur agresseur. Un homme à la personnalité trouble, dont on souligne la double face, à la fois prêtre charismatique et redoutable prédateur, imbu d’un sentiment de toute-puissance, ayant su imposer un silence destructeur à ses victimes, toutes de jeunes garçons au moment des faits. Bernard Preynat risque 10 ans de prison et 150 000 euros d’amende.

L’affaire Preynat a profondément bouleversé le diocèse de Lyon, qui a initié depuis sa révélation un travail de prévention et de remise en question sur cette douloureuse question. Désireux de se mettre du côté des victimes et de poser des actes concrets, le diocèse a lancé en octobre dernier un site internet, “Agir ensemble contre les abus”, présentant une série de 12 entretiens filmés, réalisés avec des intervenants divers: victimes, psychiatres, policier, magistrat, journaliste, théologien, pasteurs.

Ces vidéos ont été visionnées par tous les évêques de France, réunis en assemblée plénière, en novembre dernier ; rencontre au cours de laquelle l’épiscopat français a réitéré sa volonté de «renouer avec les victimes d’abus sexuels».

17 janvier 2020, 18:53