Recherche

Vatican News
Image d'illustration Image d'illustration 

Abus: l’ancien provincial des Jésuites du Chili renvoyé de l’état clérical

Dans un communiqué daté du 28 novembre dernier, la province des Jésuites du Chili informe que Eugenio Valenzuela Lang, accusé notamment d’abus sexuels sur personnes majeures, a été renvoyé de l’état clérical et relevé de ses vœux religieux.

La Compagnie de Jésus confirme avoir reçu le décret de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi faisant part de ces sanctions à l’encontre d’Eugenio Valenzuela Lang, provincial des Jésuites du Chili de 2008 à 2013.

Abus de conscience, de pouvoir, et sexuels contre des adultes

Le supérieur général de la Compagnie de Jésus, le père Arturo Sosa, dans une lettre envoyée au père Gabriel Roblero, actuel provincial du Chili, reconnaît également l'existence de situations d’abus contre des personnes majeures de la part d'Eugenio Valenzuela. «Ces situations consistaient principalement en des abus de conscience et de pouvoir, développant des dépendances excessives qui ont restreint la liberté des personnes accompagnées ou de jésuites en formation, ainsi que des transgressions sur le plan sexuel, comme des baisers et des embrassades dans le cadre de son service pastoral», lit-on dans le communiqué.

Eugenio Valenzuela s'était déjà vu imposer, il y a quelques années, des sanctions liées aux ministères d'accompagnement spirituel et à l'animation de retraites, ainsi qu'une suspension perpétuelle de responsabilités dans la formation des Jésuites.

Début 2019, suite à de nouvelles enquêtes et suivant l'avis de ses conseillers, le père Arturo Sosa a demandé à la Congrégation pour la Doctrine de la foi d'ouvrir une procédure pénale canonique (administrative ou judiciaire) contre Eugenio Valenzuela.

Un chemin de guérison commence

Les témoignages des victimes et d'autres personnes ont permis à la Compagnie de Jésus «d'ouvrir les yeux sur ces situations de violence. Nous avons contacté les dénonciateurs et les victimes afin de débuter des chemins de réparation qui aideront dans le processus de guérison que ce cas exige», est-il précisé.

Dans les prochains mois, la Compagnie de Jésus au Chili, à travers le “Centre pour la prévention des abus sexuels et la réparation”, étudiera les moyens qui permettront à toute la Province et à ses collaborateurs «de réaliser un effort de mémoire et d'apprentissage, à partir de la crise de l'Église et de la situation difficile à laquelle nous avons été confrontés au cours de la dernière décennie. Nous nous engageons à créer et à maintenir des environnements sûrs dans nos lieux de travail et dans nos espaces de formation et d'évangélisation», affirment les Jésuites.

29 novembre 2019, 16:50