Recherche

Vatican News
Des Allemands de l'Est escaladent le mur de Berlin, le 9 novembre 1989. Des Allemands de l'Est escaladent le mur de Berlin, le 9 novembre 1989. 

30 ans de la chute du mur de Berlin: la Comece appelle à l'unité en Europe

Dans une déclaration publiée ce mercredi, et adoptée lors de la dernière assemblée la Commission des Episcopats de l'Union européenne salue «l'un des événements les plus importants de l'histoire européenne» et encouragent les Européens à œuvrer pour l'unité et la paix dans l'Union Européenne.

A l'occasion des 30 ans de la chute du mur de Berlin, qui seront commémorés le 9 novembre, les évêques de la Comece ont publié ce mercredi une déclaration rappelant la nécessité pour l'Europe et ses citoyens de continuer à œuvrer pour l'unité. 

Dans ce texte, les évêques de l'UE soulignent la dimension prophétique de la chute du mur de Berlin. Ce n'est pas seulement un événement du passé qui doit être célébré, mais une grande leçon pour toute l'humanité : «Construire des murs entre les gens n'est jamais la solution» soulignent-ils. 

Les prélats invitent à prier pour que l'Esprit Saint inspire toujours une Europe inspirée par ses grands prinicpes fondateurs: la justice, la liberté et la paix. 

Voici le texte de cette déclaration

La chute du mur de Berlin, le 9 novembre 1989, a été l'un des événements les plus importants de l'histoire européenne de ces dernières décennies. Ce fut un moment plein d'émotions. Après avoir été séparés par un mur de béton pendant plus de 28 ans, des personnes - parents, amis et voisins - vivant dans la même ville ont pu se rencontrer, célébrer et exprimer leurs joies et leurs espoirs. Dès cet instant, le monde eut l'air différent.

Ce mur était le symbole de la division idéologique de l'Europe et du monde entier. Les changements intervenus en Hongrie au début de 1989, l’effondrement du rideau de fer en avril et les premières élections libres organisées en Pologne en juin ont abouti à la chute du mur de Berlin, événement qui a ouvert la voie à la reconquête de la liberté après plus de 40 ans de régimes oppressifs dans les pays d’Europe centrale et orientale. Ces efforts doivent leur succès à l’engagement d’un grand nombre d’Européens qui ont exprimé sans relâche mais pacifiquement leur profond désir de changement politique.

Il est vrai que toutes les attentes concernant la chute du mur n’ont pas été satisfaites. Il est également vrai que les idéologies qui étaient à l'origine de la construction du mur n'ont pas complètement disparu en Europe et sont toujours présentes aujourd'hui sous différentes formes. En tant que chrétiens, nous reconnaissons également que «c’est lui, le Christ, qui est notre paix : des deux, […] il a fait une seule réalité ; […] il a détruit ce qui les séparait, le mur de la haine» (Éphésiens 2, 14). La chute du mur de Berlin a non seulement une dimension historique mais aussi prophétique. Cet évènement nous a appris que la construction de murs entre les peuples n’est jamais la solution. Il nous appelle à travailler pour une Europe meilleure et plus intégrée.

Rappelons-nous du rôle important de Saint Jean-Paul II et de ses paroles d’encouragement : « L’Europe doit respirer avec ses deux poumons ! ».

Nous reconnaissons que le processus de guérison et de réconciliation est délicat et difficile. Aujourd’hui encore, pour certaines des victimes des régimes oppressifs du passé, ce processus est loin d’être achevé; leur détermination, leur engagement et leurs souffrances ont été décisifs pour la liberté dont l'Europe jouit aujourd'hui.

Cependant, nous voulons faire revivre et promouvoir ces signes d'espoir, cette attente d'un avenir meilleur pour l’Europe et pour tous les Européens qui ont mené à ce moment historique de novembre 1989.

C’est pourquoi, en tant que chrétiens et citoyens européens, nous appelons tous les Européens à œuvrer ensemble pour une Europe libre et unie à travers un processus renouvelé de dialogue entre les mentalités et les cultures, respectant nos expériences historiques différentes et partageant nos espoirs et nos attentes pour un avenir paisible commun. Pour réussir, nous devons nous rappeler que la culture de la rencontre implique la capacité réelle d’écouter avant tout. En tant que chrétiens, nous sommes également appelés à prêcher et à être des témoins de l’Évangile, sachant que «le mystère de l’homme ne s’éclaire vraiment que dans le mystère du Verbe incarné» (Gaudium et Spes, 22).

Nous invitons tous les citoyens à prier Dieu, le Seigneur de l'Histoire, pour qu’il nous aide à nous consacrer à une Europe animée par l'Esprit Saint, qui est la base et le fondement de l'espoir, la source et la puissance d'un nouvel engagement en faveur des principes sur lesquels s’est construite l’Europe : la justice, la liberté et la paix. 

06 novembre 2019, 12:00