Recherche

Vatican News
Des jeunes au sanctuaire de Solmoe, en Corée du Sud, lors du voyage apostolique du Pape François en août 2018 Des jeunes au sanctuaire de Solmoe, en Corée du Sud, lors du voyage apostolique du Pape François en août 2018 

En Corée du Sud, une année de messes quotidiennes pour la paix

Les évêques de la Conférence épiscopale de Corée du Sud ont pris une décision forte lors de leur dernière assemblée plénière: l’année liturgique à venir sera consacrée à la prière pour la paix dans la péninsule, avec une messe par jour célébrée à cette intention dans chaque paroisse du pays. 2020 marquera les 70 ans du début du conflit entre les deux Corée.

Du 1er décembre prochain au 28 novembre 2020, chaque paroisse de chaque diocèse de Corée du Sud célèbrera quotidiennement à 9 heures une messe pour la paix. Cette initiative ne survient pas au hasard: le 25 juin 2020 marquera le 70e anniversaire du déclenchement de la guerre de Corée. En 1950, les troupes nord-coréennes, soutenues par la République populaire de Chine et l’Union Soviétique, franchissent le 38e parallèle et envahissent la République de Corée (Corée du Sud), soutenue par les Nations-Unies et bénéficiant sur le terrain de l’appui des divisions américaines.  

Des millions de morts pour rien

L’offensive gagne progressivement toute la péninsule. De nombreuses villes sont dévastées par les bombardements. Les États-Unis craignent un conflit généralisé avec la Chine et peu à peu, l'objectif se limite au rétablissement du statu quo ante, autour du 38e parallèle. Le front se stabilise et les négociations aboutissent le 27 juillet 1953 à une reconnaissance respective des deux Corées par les États-Unis et l'URSS. L’armistice est signé ce jour-là à Panmunjon, en Corée du Sud. Une zone coréenne démilitarisée, zone tampon fortifiée entre les deux nations coréennes, est instaurée. Le coût de la guerre de Corée, qui a rendu inéluctable la séparation entre Nord et Sud, est estimé à 2 millions de morts civils et militaires, et à 3 milliards de dollars de pertes matérielles.

Parvenir à la paix

La tension reste vive entre les deux pays et des incidents éclatent parfois à la frontière. Le 27 avril 2018, une rencontre entre les dirigeants des deux Corées amène à une déclaration commune de fin de la guerre sur la péninsule, mais aucun accord de paix n’a jamais été formellement signé. C’est pourquoi, explique une source catholique, «aujourd'hui plus que jamais, il est nécessaire de prier pour la paix. Là où la politique ne parvient pas, la bonne volonté des hommes de foi peut y arriver».

(Avec AsiaNews et larousse.fr)

30 octobre 2019, 16:48