Recherche

Vatican News
Un meeting électoral du candidat Gotabaya Rajapakshe, à Colombo, le 28 octobre. Un meeting électoral du candidat Gotabaya Rajapakshe, à Colombo, le 28 octobre.   (ANSA)

La Caritas du Sri Lanka incite à voter en conscience lors de la présidentielle

A l'approche de l’élection présidentielle qui se tiendra le 16 novembre au Sri Lanka, la Caritas propose des points de réflexion et donne des recommandations pour faire son choix dans les urnes. Les fidèles chrétiens, représentant 7,4% de la population de l'île sont appelés à choisir un président vertueux, capable de prendre en main les problématiques du Sri Lanka.

Cécile Mérieux-Cité du Vatican

La Commission pour la Justice et le Développement humain de la Caritas au Sri Lanka a communiqué des lignes directrices pour les élections présidentielles qui se tiendront le 16 novembre, s’adressant tout particulièrement aux fidèles catholiques. Le Sri Lanka est un pays multiethnique de 22 millions d'habitants, en majorité bouddhistes mais comprenant des minorités chrétiennes, musulmanes et hindoue. Les musulmans représentent ainsi près de 10% de la population, les chrétiens 7,4% - dont 6,1% de catholiques et 1,3% de protestants.

L’Eglise sri-lankaise encourage tous les chrétiens du pays à exercer leur droit et devoir de citoyen en prenant part avec enthousiasme au scrutin. Elle propose des points d’analyse pour choisir en connaissance de cause son candidat : qu’il ait à cœur le bien commun du pays, en considérant les défis tels que le développement économique et social, la réconciliation, l'engagement contre la violence ethnique et religieuse, l'occupation illégale de terrains.

A la lumière de la Doctrine sociale de l'Eglise, et reconnaissant l'actuelle confusion politique, la Commission pour la Justice et le Développement humain de la Caritas a rappelé les questions sociales et économiques cruciales auxquelles est confrontée la population de ce pays. Pour la Caritas les défis centraux sont «la bonne gouvernance, la dignité de toutes les personnes, la justice sociale, l'égalité, les questions liées au chômage, le soin de l'écologie et la transparence des moyens de communication».

Garantir la justice aux personnes

D'autres questions citées concernent la politique migratoire et le trafic d'êtres humains, les mesures liées à l'Etat-Providence pour les mineurs, le bon usage des ressources naturelles et la réhabilitation des personnes sous l'influence de drogues et de substances nocives.

La Commission demande «des structures judiciaires et juridiques libres et indépendantes afin de garantir la justice aux personnes». Elle a en outre affirmé que la rédaction de la nouvelle Constitution doit intervenir «en consultant toutes les parties intéressées et en garantissant la décentralisation du pouvoir afin de satisfaire l'aspiration de toutes les communautés».

Afin de sensibiliser les électeurs avant le vote national du 16 novembre, la Caritas a prévu des débats sur des problématiques rencontrées par la société sri-lankaise afin d'éduquer responsables, associations et membres de la communauté catholique. Les fidèles sont aussi incités à prier en Église ou en famille pour le pays, et spécialement pour qu’émerge des urnes une personne honnête et responsable, apte à guider le pays avec sagesse. (Avec Agence Fides)

28 octobre 2019, 16:35