Recherche

Vatican News
Veillée de prière lors des JMJ de Rio, au Brésil, le 27 juillet 2013 Veillée de prière lors des JMJ de Rio, au Brésil, le 27 juillet 2013  (Vatican Media)

Au Liban, des journées régionales de la jeunesse pour témoigner de la paix du Christ

Quelque 400 jeunes libanais, syriens, irakiens, jordaniens ou égyptiens sont réunis en ce moment au Liban pour les journées régionales de la jeunesse: un moment fort de rencontre, de partage, de service pour stimuler et fortifier leur engagement au sein de leurs sociétés respectives.

Entretien réalisé par Manuella Affejee- Cité du Vatican

Ces petites JMJ moyen-orientales en sont à leur 5e édition ; initiées en 2006, par la province jésuite du Moyen-Orient, elles rassemblent en ce moment à Jamhour , près de Beyrouth, quelque 400 jeunes de 18 à 30 ans, venus des pays de la région, Syrie, Jordanie, Irak, Égypte. Seule la Palestine n’a pu envoyer de délégation, faute d’avoir obtenu les visas d’entrée requis pour entrer au Liban.

Entre moments de prière, formation, temps de service et de partage fraternel, ces jeunes sont appelés à réfléchir au sens de leur présence et de leur avenir au Moyen-Orient, région dilacérée par les conflits et les violences. Le thème choisi pour ces journées, «de sa paix, dépend votre paix» (Jérémie 29,7), veut faire écho aux interrogations d’une jeunesse parfois tentée par le découragement et l’émigration, mais aussi stimuler une soif réel d’engagement. Il s’agit pour ces jeunes de sonder leurs désirs et leurs rêves, de prendre conscience de leur potentiel, de le développer, et de le mettre avec générosité au service de leurs sociétés respectives.

Le père Gabriel Khairallah sj, professeur à l’Université St Joseph de Beyrouth, est l’un des organisateurs de cet événement. Il nous en explique les dynamiques et l’esprit qui se dégage de ces journées :

Entretien avec le père Gabriel Khairallah sj

Se pose surtout pour ces jeunes une question brûlante et essentielle: comment garder vivante la flamme de l’espérance, au milieu de situations difficiles marquées ici par le fanatisme et la violence, là par des inégalités criantes? Le père Khairallah prône une étroite collaboration avec «tous les hommes et femmes de bonne volonté», qu’ils soient musulmans ou non-croyants. Le jésuite libanais encourage les jeunes  à s’enraciner dans le Christ et dans les Écritures, pour aller ensuite initier ce travail commun. Les jeunes sont «créatifs, intelligents, constructeurs», note avec enthousiasme le père Khairallah, «donc je leur dis : n’ayez pas peur !»

Ces journées régionales de la jeunesse peuvent compter sur le soutien de nombreux bienfaiteurs, parmi lesquels L’Œuvre d’Orient, ainsi que sur la présence de 40 jeunes Français, provenant de divers associations et mouvements.

01 août 2019, 15:27