Cerca

Vatican News
Messe de Pâques en l'église chaldéenne Mar Polus à Mossoul (Irak) - 21 avril 2019 Messe de Pâques en l'église chaldéenne Mar Polus à Mossoul (Irak) - 21 avril 2019  (ANSA)

Irak: des missionnaires syro-malabares soutiennent les catholiques chaldéens

Ils ont commencé depuis peu leur mission en Irak: deux prêtres et neuf religieuses de l’Église syro-malabare sont venus soutenir les activités pastorales de quelques communautés catholiques chaldéennes, par exemple au Kurdistan irakien. Cette coopération missionnaire entre les deux Églises d’Orient n’est pas nouvelle, mais elle a évolué au cours des siècles.

Comme le rapporte l’agence Fides, le petit groupe de missionnaires est arrivé «depuis quelques jours en Irak». Deux prêtres carmes, les pères Georges et Paul, œuvrent désormais dans les paroisses chaldéennes de Bagdad. Six religieuses seront bientôt aux côtés des communautés chaldéennes de Kirkouk et Sulaymānīyah. Trois autres religieuses rejoindront quant à elles les chrétiens d’Erbil, chef-lieu de la région autonome du Kurdistan irakien.

Des échanges dès le IVe siècle 

Cette venue de missionnaires confirme que l’envoi de prêtres et de religieuses syro-malabares en Irak prend de l’importance. Mais les racines de la coopération entre les deux Églises d’Orient sont anciennes. Au IVe siècle après Jésus-Christ, les communautés chrétiennes de la région de Malabar (au Sud de l’Inde) étaient liées à l’antique Église d’Orient: de Mésopotamie arrivaient régulièrement des évêques chargés de gouverner les baptisés malabares qui avaient adopté le rite syriaque oriental. Une coutume qui tend à disparaître au cours des siècles suivants, jusqu’à ce que Sa Béatitude Youssef VI Audo (1848-1878) tente de la restaurer. Il s’agissait notamment de soutenir des communautés chrétiennes présentes en Inde, souvent éprouvées par les tentatives de latinisation précédemment menées par les missionnaires portugais.

Vocations: des situations opposées

Au cours de ces 15 dernières années, l’Église catholique chaldéenne a vu diminuer drastiquement le nombre de ses communautés ecclésiales, notamment à cause des flux migratoires ayant mené des centaines de milliers de chrétiens irakiens hors de leur pays. En revanche, au sein de l’Église syro-malabare, les vocations sacerdotales et religieuses continuent à fleurir. Par conséquent, une délégation de l’Église chaldéenne s’est rendue l’année dernière au Kerala, afin de demander aux évêques syro-malabares d’envoyer des prêtres, des religieux et des religieuses en Irak en soutien aux activités pastorales des diocèses locaux.

«De nouvelles énergies apostoliques, alimentées par la grâce de l’Esprit-Saint, viennent aujourd’hui au secours de la vie de foi des communautés chrétiennes irakiennes, sur les terres mêmes du Tigre et de l’Euphrate dont provenaient les missionnaires de l’antique Église d’Orient, qui avaient porté jusqu’en Inde et en Chine le nom du Christ», fait remarquer l’agence Fides. Des énergies soutenues par «la source de la gratuité, qui peut seule alimenter toute aventure missionnaire».

 

28 août 2019, 16:55