Recherche

Vatican News
Manifestations de Malawites devant le siège du Parlement Manifestations de Malawites devant le siège du Parlement  (AFP or licensors)

Crise post-électorale au Malawi: l'inquiétude des évêques

Les Églises du Malawi s’inquiètent des troubles qui ont gagné le pays après l’élection présidentielle remportée par Peter Mutharika. Celui-ci rempile donc pour un second mandat.

Isabella Piro- Cité du Vatican

Le pays vit depuis le 21 mai dernier au rythme des manifestations souvent dispersées dans la violence. L’objet du mécontentement: la proclamation, par la commission électorale, de la victoire du président sortant, Peter Mutharika et de son parti «démocratique progressiste». Or, ce résultat est contesté par Lazarus Chakwera et Saulos Chilima, candidats de l’opposition, arrivés respectivement second et troisième de l’élection.

Les Malawites sont descendus en masse dans les rues pour exiger la démission de la présidente de la commission, Jane Ansah, accusée de ne pas avoir su gérer les votes. Les leaders de la contestation affichent leur détermination. « Si elle ne démissionne pas, nous continuerons à exercer des pressions sur Jane Ansah et la commission électorale du Malawi pour qu'on soit entendu. Les tensions vont continuer à monter», a prévenu l’un d’eux, interrogé par l’AFP.

Les évêques catholiques prennent donc la parole afin de rappeler l’importance du système gouvernemental multipartite choisi par la population en 1993. «Nous invitons tous les catholiques, écrivent-ils dans une note, à un sérieux examen de conscience devant le Seigneur pour comprendre s’ils sont instruments d’unité, de paix ou de division durant cette période de tension politique et de violence». Rappelant que les chrétiens ne peuvent affirmer aimer Dieu et, dans le même temps, haïr leur prochain, l’épiscopat malawite exhorte les fidèles à ne pas se laisser instrumentaliser contre leurs frères en diffusant des messages de haine à travers les médias.

En outre, dans un pays démocratique comme le Malawi, poursuit la conférence épiscopale, les citoyens et les organisations de la société civile ont le droit de mener des manifestations pacifiques, comme le prévoit la Constitution.

 

06 juillet 2019, 14:36