Cerca

Vatican News
(Photo d'illustration) (Photo d'illustration) 

Bernard Preynat reconnu coupable d'abus sexuels sur mineurs

Le prêtre Bernard Preynat est reconnu coupable d’abus sexuels sur mineurs et renvoyé de l’état clérical. Dans l’attente d’un procès civil dont la date n’est pas encore fixée, un tribunal ecclésiastique s’est réuni aujourd’hui pour rendre son verdict sur cette affaire qui a connu un grand retentissement dans le diocèse de Lyon et dans toute l’Église de France.

L’abbé Bernard Preynat «a été reconnu coupable d’avoir posé des actes délictuels à caractère sexuel sur des mineurs de moins de 16 ans», c’est la formulation précise utilisée par le tribunal ecclésiastique collégial chargé de son procès pénal, dans un communiqué relayé ce jeudi par la conférence des évêques de France. Dans les années 1970 et 1980, ce prêtre avait été en charge d’une troupe de scouts à Sainte-Foy-lès-Lyon, qui n’était pas affiliée aux grands mouvements du scoutisme, et ne faisait donc pas l’objet d’inspections. Plusieurs décennies plus tard, l’association "La Parole libérée" a révélé l’ampleur des abus, impliquant plusieurs dizaines d’adolescents à l’époque.

La levée de la prescription par la Congrégation pour la doctrine de la Foi, effectuée à la demande du cardinal Barbarin, avait permis l’ouverture d’un procès judiciaire le 6 août 2018, afin d’intégrer les demandes de réparation des parties au procès.

«Au regard des faits et de leur récurrence, du grand nombre de victimes, du fait que l’abbé Bernard Preynat a abusé de l’autorité que lui conférait sa position au sein du groupe scout qu’il avait fondé et qu’il dirigeait depuis sa création, assumant la double responsabilité de chef et d’aumônier, le tribunal a décidé de lui appliquer la peine maximale prévue par le droit de l’Église dans un tel cas à savoir le renvoi de l’état clérical». Il peut encore interjeter appel devant le Tribunal de la Congrégation pour la doctrine de la foi dans un délai d’un mois. Passé ce délai, la peine deviendra exécutoire.

Le tribunal ecclésiastique va maintenant se pencher sur l’étude des demandes de réparation financière des victimes. Interrogé par nos confrères de RCF, le père Bruno Gonçalves, président du tribunal, a expliqué qu'une vingtaine de personnes ont demandé à l'Église une réparation. Chaque cas sera examiné car «chaque personne blessée est unique». Le tribunal examinera chacune des demandes individuellement, «dans le respect de leur souffrance»

Le retrait du cardinal Barbarin

Et c’est pour avoir maintenu le père Preynat en poste en paroisse, malgré plusieurs signalements, que l’archevêque de Lyon, le cardinal Philippe Barbarin, a été condamné en première instance à six mois de prison avec sursis en mars dernier. En attendant son procès en appel, qui débutera le 28 novembre, le gouvernement du diocèse a été confié à Mgr Michel Dubost en tant qu’administrateur apostolique. Le cardinal Barbarin demeure toutefois archevêque de Lyon en titre.

04 juillet 2019, 12:49