Cerca

Vatican News

Au Maroc, le travail quotidien de Caritas auprès des migrants

L'organisation est présente à Casablanca, Rabat et Tanger. Son travail s'effectue auprès des plus démunis et surtout auprès des migrants originaires d'Afrique subsaharienne, nombreux dans le Royaume.

Olivier Bonnel- Envoyé spécial à Rabat, Maroc

C'était le dernier rendez-vous de cette première journée du Pape François à Rabat: sa visite au siège de la Caritas, où il a rencontré une soixantaine de migrants venus de pays d’Afrique Subsaharienne. Dans son premier discours, prononcé un peu plus tôt sur l’esplanade Hassan devant le Mausolée Mohammed V, le Pape avait avait loué le Maroc comme un «exemple d’humanité» dans sa politique d’accueil des migrants.

 

Au Maroc, la Caritas est présente à Rabat et Casablanca, mais ausssi à Tanger, où la pression migratoire est très forte, la ville étant tournée vers l’Espagne.  Ces dernières années, l'organisation catholique s’est aussi développée au niveau des paroisses, dans les autres villes importantes du pays: Fes, Meknès, Marrakech, Layoun…

Femmes et mineurs non accompagnés

Au total, près de 10 000 migrants sont pris en charge chaque année par la Caritas. Le profil de ces migrants a changé au fil des ans: auparavant, il s'agissait essentiellement de jeunes hommes. Aujourd'hui, les routes migratoires sont empruntées par de plus en plus de femmes, -certaines enceintes-, et de mineurs souvent non accompagnés. Caritas a ainsi dû s’adapter à cette nouvelle «sociologie migratoire» qui nécessite incontestablement plus de moyens.

Hannes Stegemann, de nationalité allemande, dirige la Caritas à Rabat depuis 2017. Il revient sur ce travail auprès de ces populations avec notre envoyé spécial:

Entretien avec Hannes Stegemann, directeur de la Caritas à Rabat
30 mars 2019, 17:01