Cerca

Vatican News
Imposition des cendres lors d'une messe à Manille Imposition des cendres lors d'une messe à Manille  (AFP or licensors)

L’archevêque de Manille appelle à jeûner pour lutter contre la malnutrition

Dans sa lettre pastorale de carême, le cardinal Tagle, archevêque de Manille, appelle les fidèles à soutenir l’opération «Fast2Feed» qui lutte contre la malnutrition dans le cadre du programme catholique national «Hapag-Asa». L’archidiocèse de Manille espère nourrir 30 000 enfants pendant 120 jours.

Colombe de Barmon- Cité du Vatican

Aux Philippines, la malnutrition est un fléau: selon la septième enquête menée par l’Institut de Recherche sur l’Alimentation et la Nutrition, trois enfants sur dix en souffrent. En ce temps de carême, le cardinal Taglé, archevêque de Manille, invite les chrétiens à lutter contre cette situation.

Le carême: un temps propice à la charité

«Nous, Philippins, sommes très attachés à notre foi. Le temps du carême est une nouvelle opportunité de nous recentrer en venant en aide à ceux qui en ont le plus besoin (…) de ‘recentrer’ nos vies sur Dieu, qui prend l’initiative de nous appeler à la conversion», explique l’archevêque dans une lettre pastorale adressée à tout son diocèse lors du mercredi des Cendres.

L’opération «jeûner pour nourrir»

Concrètement, à Manille, une manière de vivre ce carême sous le signe de la charité est de soutenir l’opération  «Fast2Feed», «jeûner pour nourrir», comme le propose l'archevêque. Cette opération est organisée dans le cadre de la campagne Hapag-Asa. Lancée en 2005, elle vise à combattre la malnutrition des enfants de moins de douze ans. Elle a déjà permis d’aider plus de deux millions d’enfants philippins dans tout le pays, même dans les régions les plus reculées, comme le rapporte un article des MEP, les Missions Étrangères de Paris. L’objectif est de nourrir 30 000 enfants durant 120 jours en demandant aux chrétiens de jeûner et de contribuer financièrement à l’opération. «Dans le cadre de l’initiative Fast2Feed, rien que dix pesos par jour peuvent déjà permettre de nourrir un enfant», indique l’archevêque philippin. L’archidiocèse est partenaire du programme depuis plusieurs années et le soutient particulièrement durant le temps du carême.

Le cardinal a insisté sur le fait que la pauvreté et la malnutrition sont en grande partie responsable du ralentissement de leur développement physique et mental: «Le développement de leur plein potentiel ne sera pas obtenu à moins qu’ils ne soient soignés et nourris de manière adéquate». De fait, la pauvreté et la malnutrition entraînent des retards dans la croissance et cause des pertes musculaires. Ces pathologies, concernant trois enfants sur dix, affectent parfois la santé physique et mentale de manière durable. En 2015, un rapport de Save Children révélait déjà les conséquences importantes de la malnutrition sur la croissance, insistant sur le fait que la petite taille des Philippins ne s’expliquait pas seulement par la génétique mais était aussi causée par la sous-alimentation.

Le programme ne s’arrête pas à la nutrition, il propose aussi des formations aux parents et aide les communautés locales à créer des groupes d’entraide.

«C’est un moment favorable pour nous laisser réconcilier et renouveler par la tendresse du Père. C’est un temps qui nous est donné pour retrouver le droit chemin. L’amour miséricordieux de Dieu ne nous demande rien, seulement que nous revenions vers Lui et que nous purifions nos cœurs » conclut plus largement la cardinal Tagle dans sa lettre pastorale.

11 mars 2019, 14:55