Cerca

Vatican News
Tri des bulletins de vote à l'académie de police de Dakar, le 6 février 2019. Tri des bulletins de vote à l'académie de police de Dakar, le 6 février 2019.  (AFP or licensors)

L’Église du Sénégal espère une présidentielle transparente

Le 24 février prochain, le premier tour de l’élection présidentielle aura lieu au Sénégal. Le contexte difficile a poussé l’Église locale à créer une commission épiscopale d’observation.

Colombe de Barmon – Cité du Vatican

La justice et le paix : c’est ce que recherche la commission du même nom chargée d’observer la prochaine élection présidentielle au Sénégal, dont le premier tour aura lieu le 24 février.

Les Scouts du Sénégal prendront part à cette mission d’observation et la commission a par ailleurs reçue une formation les 2 et 3 février dernier. C’est à l’issue de cette formation que le père Seck, Secrétaire exécutif de la Commission épiscopale interterritoriale Justice et Paix mais aussi Secrétaire général de Caritas Sénégal, partageait à l’agence Fides la préoccupation de l’Église locale.

Il soulignait alors l’«absence de consensus entre les acteurs sur différentes questions qui pourrait avoir des conséquences sur le déroulement pacifique des élections». Selon le prêtre le travail en amont est primordial afin d’éviter les heurts. «Il nous faut travailler à réserver la paix sociale. Le chemin le plus sûr pour cela est que soit organisée, en amont comme en aval, une élection transparente, aux résultats incontestables, susceptibles d’être acceptés par toutes les parties».

Différentes initiatives sont prévues par la commission, comme des rencontres populaires au sein des quartiers avec les candidats ou leurs représentants sur des thématiques identifiées par les populations, une campagne d’information et d’éducation citoyenne avec la jeunesse , ou encore des émissions de radio.

(avec Fides)

08 février 2019, 16:56