Recherche

Vatican News
Le cardinal Sako, Patriarche de Babylone des Chaldéens. Le cardinal Sako, Patriarche de Babylone des Chaldéens.  (AFP or licensors)

Des patriarches orientaux ont participé à la conférence de Munich

Les patriarches présents à la conférence de sécurité de Munich ont clairement affirmé la responsabilité des pays Occidentaux dans les conflits qui perdurent encore au Proche-Orient.

Plusieurs responsables des Églises orientales ont participé à la conférence sur la sécurité qui avait lieu à Munich du 15 au 17 février. Le Patriarche de Babylone des Chaldéens, le cardinal Louis Raphael I Sako, ainsi qu’Ignace Ephrem II, Patriarche syro orthodoxe d’Antioche étaient présents. Ils ont eu la possibilité de participer à de nombreuses rencontres bilatérales avec des représentants politiques de divers pays. L’occasion pour eux de rappeler la responsabilité partielle des pays occidentaux dans les conflits qui secouent encore le Moyen-Orient.

«Les décideurs occidentaux ont fait tout ce qui était en leur pouvoir pour promouvoir leur économie et servir leurs propres intérêts au détriment de nos pays, par exemple, en contrôlant le pétrole et d’autres ressources naturelles, tout comme la vente d’armes aux deux fronts des conflits» a affirmé le Patriarche de Babylone des Chaldéens. Il faisait référence au cas spécifique de l’Irak, insistant sur la situation de chaos, de vide politique et institutionnel qu’a connu le pays après la chute de Saddam Hussein suite à l’intervention américaine en 2003. La récente visite du Pape François aux Émirats arabes unis et la publication du document sur la fraternité humaine co-signée avec le Grand-Imam d’Al-Azhar est source d’espoir pour le cardinal irakien, afin de faire disparaître les causes du fanatisme religieux.

Une critique des positions occidentales

Le cardinal Sako a rappelé que depuis la chute de l’Empire ottoman, les puissances occidentales occupantes avaient selon lui manqué à leur devoir de faire naître des États de droit où auraient été garantis des droits égaux à tous les citoyens. Selon le cardinal, le conflit israélo-palestinien a été un facteur historique qui a contribué à alimenter l’islam politique.

Quant à Ignace Ephrem II, le Patriarche syro orthodoxe, son intervention portait sur la situation en Syrie. Il a évoqué les enlèvements des deux archevêques d’Alep – grec orthodoxe et syro orthodoxe - en avril 2013. Le patriarche s’est aussi plaint de l’absence de représentants du gouvernement syrien parmi les invités de la 55ème Conférence internationale sur la Sécurité. Les sanctions internationales imposées à la Syrie sont, selon lui, un frein supplémentaire à ce pays dévasté.

Parmi les 450 délégués participants à cette 55ème conférence de Munich, figuraient notamment la chancelière allemande Angela Merkel, le vice-président américain Mike Pence, ou encore le ministre des Affaires étrangères russe Serguei Lavrov.

 

20 février 2019, 18:11