Cerca

Vatican News
Le cardinal Sako, ici en conversation avec le gouverneur de Kirkouk, le 2 janvier 2019. Le cardinal Sako, ici en conversation avec le gouverneur de Kirkouk, le 2 janvier 2019.  (AFP or licensors)

2019 en Irak: le cardinal Sako exhorte à la coexistence et au respect

En ce début d’année, dans une période d’accalmie qui laisse espérer un meilleur futur pour l’Irak, le cardinal Sako a adressé un message d’unité pour le peuple irakien.

Le patriarche chaldéen invite chrétiens et musulmans à s’affranchir de la «vieille mentalité» qui les empêche de «s’ouvrir les uns aux autres», de façon à «connaître les fois respectives à partir de leurs sources originales, à être libérés de l’ignorance et à approfondir le sens commun que nous partageons». Les vœux du cardinal Sako pour cette nouvelle année 2019 portent la marque d’une espérance de changement dans ce pays martyrisé par les guerres successives. mais désormais engagé dans un processus de paix et de rétablissement de l'état de droit.

Quelques jours après la visite dans le pays du Secrétaire d’État du Saint-Siège, le cardinal Sako rappelle que «la coexistence pacifique et le respect réciproque sont l’unique voie qui conduit à un futur lumineux pour nous dans cette partie du monde, avec la défense des religions contre les penseurs fanatiques et contre tout ce qui provoque animosité et violence». «Chaque année porte avec elle une charge d’espérance», cette espérance qui «a le pouvoir d’arrêter le mal et sa cruauté», explique le patriarche chaldéen.

Pour sa part, l’Église continuera à faire avancer son service et sa mission, avec par exemple l’assistance apportée par la Caritas à 28 000 familles, dont 80 % ne sont pas chrétiennes. «En 2019, nous allons tous dans la même direction, en prenant force et détermination de la bénédiction de Dieu. Prospérité pour l’Irak et les Irakiens!», conclut le cardinal Sako.

Mobilisation islamo-chrétienne pour sauver une église

L’agence Fides a par ailleurs relayé une mobilisation qui traduit la solidarité concrète qui peut se vivre entre chrétiens et musulmans en Irak : des manifestations réunissant des croyants des deux religions ont été organisées ces derniers jours dans un quartier de Bagdad, afin de protester contre un projet urbain qui provoquerait la destruction d’une église reconnue par tous comme un lieu symbole de la coexistence entre toutes les composantes de la société irakienne. L’église de la Divine Sagesse a été construite en 1929 par un architecte britannique, James Mollison Wilson, et elle se trouve à la limite de deux aires urbaines habitées respectivement par des sunnites et des chiites.

03 janvier 2019, 12:17