Cerca

Vatican News

Les Lasalliens ouvrent leur Jubilé à Rome

Les Frères des Écoles chrétiennes, communément appelés les Lasalliens, ouvrent ce samedi à Rome leur Année jubilaire organisée pour commémorer les 300 ans de la mort de leur fondateur, saint Jean-Baptiste de La Salle.

Alessandro di Bussolo – Cité du Vatican

“Un coeur, un engagement, une vie”: c’est sous ce slogan qu’est convoqué le Jubilé lasallien qui s’ouvre samedi à Rome, et impliquera 3652 frères des Écoles chrétiennes, qui ont suivi le charisme de leur fondateur saint Jean-Baptiste de La Salle, grand rénovateur de l’éducation en France, décédé à Rouen le 7 avril 1719. Ce Jubilé implique aussi plus de 100 000 enseignants et collaborateurs laïcs, et plus d’un million d’élèves du monde entier, depuis les écoles primaires jusqu’à l’université.

Cette Année jubilaire s’ouvrira donc ce samedi à 18h avec une célébration présidée par Mgr Marcello Bartolucci, secrétaire de la Congrégation pour les Causes des Saints, à la Maison généralice des Frères des Écoles chrétiennes, qui se trouve à Rome, au 476 de la via Aurelia. Le corps de saint Jean-Baptiste de la Salle y repose depuis 1937. Mais ce Jubilé ne sera pas centralisé à Rome, puisque d’autres évènements sont prévus à travers le monde tout au long de l’année 2019.

Ainsi, le 20 janvier se tiendra une assemblée des jeunes Lasalliens à la veille des JMJ de Panama. Toujours en Amérique latine, un congrès international aura lieu à Mexico du 14 au 16 mars. En France une célébration du tricentenaire de la mort de saint Jean-Baptiste de La Salle aura lieu à Rouen le 6 avril, puis une autre célébration aura lieu le 30 avril dans sa ville natale, à Reims, pour célébrer cette fois l’anniversaire de sa naissance de naissance, il y a 368 ans. Du 11 au 15 mai se tiendra à Rome un séminaire sur la fidélité créative au charisme du fondateur, et une audience avec le Pape François est prévue le 16 mai. Enfin, le Jubilé se clôturera en la fête du Christ-Roi ou au début de l’Avent, avec des célébrations dans les districts locaux.

Le Frère Gallardo revient sur l’héritage et les défis des Lasalliens

Interrogé par la section italienne de Vatican News, le Frère Jorge Gallardo, vicaire général des Frères des Écoles chrétiennes, a rappelé que saint Jean-Baptiste de La Salle continue à interpeller les éducateurs pour «assurer une éducation humaine et chrétienne à tous les enfants, les garçons et les filles, surtout pour ceux qui sont les plus pauvres, qui sont le plus dans le besoin.» Le saint patron des éducateurs parlait des enseignants comme «des ambassadeurs du Christ, comme des anges et des gardiens, comme ceux qui apportent la vérité et sont capables de faire des miracles chaque jour». Il faut donc valoriser cette vocation, «et surtout aujourd’hui, alors que le rôle du professeur n’est pas tellement valorisé, il est important de voir cette Année jubilaire lasallienne comme une année de Jubilé pour tous ceux qui travaillent dans le domaine de l’éducation dans le monde».

Il est aussi revenu sur les innovations introduites par saint Jean-Baptiste de La Salle, comme par exemple l’enseignement dans des classes, alors que jusqu’alors l’éducation était assurée par des précepteurs dédiés à un seul élève, ce qui naturellement ne pouvait concerner qu’une partie infime de la population, essentiellement la noblesse. Autre innovation : l’enseignement en langue vernaculaire et non plus en latin, ou encore la formation de professeurs laïcs, ce qui avait suscité de nombreuses oppositions parmi les confrères prêtres de saint Jean-Baptiste de La Salle.

Le Frère Gallardo a aussi évoqué cinq projets menés sur les cinq continents : le premier est mené en Asie, à la frontière entre la Birmanie et la Thaïlande, pour les migrants birmans qui se déplacent en Thaïlande pour chercher du travail et pour échapper aux persécutions des minorités en Birmanie. Ils y ont ouvert une école qui travaille depuis plus d’un an pour les jeunes  réfugiés. En Afrique, une école pour les garçons a été ouverte au Soudan du Sud, à Rumbek, en lien avec les sœurs de Lorette qui supervisaient déjà une école de filles. En Amérique latine, un centre éducatif pour les migrants de la triple frontière entre le Pérou, la Colombie et le Brésil a été ouvert à Tabatinga, en Amazonie. En Europe, un centre éducatif pour les migrants sera bientôt inauguré dans le quartier de Molenbeek, à Bruxelles, en coordination avec la paroisse locale. Enfin, concernant l’Amérique du Nord, les Lasalliens ont un projet d’école à la frontière entre le Mexique et les États-Unis.

16 novembre 2018, 18:39