Cerca

Vatican News

Yémen : l’attaque d’un bus suscite l’indignation de Mgr Hinder

Le vicaire apostolique pour l’Arabie du Sud, Mgr Paul Hinder, qui compte le Yémen dans sa zone de juridiction, dénonce une «situation terrible» après le bombardement d'un bus, qui a provoqué la mort d'une trentaine d'enfants.

Un raid de la coalition menée par l’Arabie Saoudite a frappé jeudi un bus chargé de civils. Il y aurait 43 morts et plus de 60 blessés, et de nombreux enfants figureraient parmi les victimes. Interrogé par AsiaNews, Mgr Paul Hinder, vicaire apostolique d’Arabie du Sud (Émirats Arabes Unis, Oman et Yémen) avoue son «sentiment d’impuissance» et dénonce une escalade guerrière dans laquelle «toutes les règles ont sauté». «Quel que soit le responsable de ces massacres, il s’agit d’un irresponsable qui agit en violation de toute règle, même basique, dans un contexte de guerre», s’indigne le capucin suisse.

Une trentaine d’enfants seraient morts dans ce raid pourtant qualifié de «légitime» par l’Arabie Saoudite, qui prétend l’avoir mené en riposte aux attaques des rebelles houthis, des chiites liés à l’Iran. La situation semble chaque jour s’envenimer sur le plan militaire et s’aggraver sur le plan sanitaire. Un nouveau round de négociations est prévu à Genève le 6 septembre, sous l’égide de l’envoyé spécial de l’Onu pour le Yémen, Martin Griffiths, mais sa mission semble quasiment impossible. 

L'une des pires catastrophes humanitaires du XXIe siècle

La guerre au Yémen a provoqué l’une des plus graves catastrophes humanitaires de notre époque, avec 20 millions de personnes dépendant d’aides humanitaires, 17,8 millions souffrant d’insécurité alimentaire et 16,4 millions n’ayant pas accès aux services de santé. Selon l’OMS, la guerre aurait provoqué le décès direct de 10 000 personnes et fait 55 000 blessés, mais ces chiffres sont probablement bien en-dessous de la réalité, si l’on tient compte de la surmortalité engendrée par l’effondrement de l’État et des institutions. 

La vidéo proposée en illustration de cet article a été produite par le PAM, le Programme Alimentaire Mondial. Jonathan Dumont, responsable de la communication vidéo du PAM, est l’auteur de ces images tournées à Saada, dans un hôpital de la périphérie. « 90% de la population yéménite vit de l’importation de nourriture, qui arrive par le port de Hodeida. Mais maintenant il y a une bataille pour avoir les commandes de la ville.» Il explique que les alentours du port ont été désertés par les habitants. «La population est désespérée et a peur», s’attriste-t-il.

Alors que cette guerre semble peu présente dans les agendas internationaux, Mgr Hinder remercie le Pape François pour ses nombreux appels en faveur de la population yéménite, en espérant qu’ils puissent porter des fruits.

10 août 2018, 15:59