Version Béta

Cerca

Vatican News
Des pèlerins sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle. Des pèlerins sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle. 

20 ans après leur inscription à l’Unesco, le succès des Chemins de Compostelle

Cette année, cela fait 20 ans que la partie française des Chemins de Compostelle est inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco. Tous les ans, près de 300 000 marcheurs arrivent à Saint-Jacques-de-Compostelle, en Galice, dans le Nord de l'Espagne. Pour Philippe Martin, auteur du livre "Les secrets de Saint-Jacques-de-Compostelle", même si les motivations religieuses sont en baisse, le succès des chemins s’explique en grande partie par la quête de sens qui anime les pèlerins.

Entretien réalisé par Timothée Dhellemmes – Cité du Vatican

Cinq ans après l’inscription dans son intégralité du «Camino» espagnol au patrimoine mondial de l’Unesco, les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle français étaient reconnus par l'organisation internationale, en 1998. Ils sont inscrits sous la forme d’une collection de 78 sites sélectionnés en France dans dix régions.

La France compte quatre voies historiques au départ du Puy-en-Velay, d'Arles, de Vézelay et de Tours. 

Depuis le Moyen-Âge , plusieurs millions de chrétiens ont marché vers Saint-Jacques-de-Compostelle, sur les traces de la tombe de Saint Jacques qui y serait enterré, selon la légende.

Philippe Martin est professeur d’histoire à l’université Lyon II et auteur du livre Les secrets de Saint-Jacques-de-Compostelle aux éditions La Librairie Vuibert. Selon lui, aujourd’hui, seuls 44% des marcheurs partent sur les Chemins de Compostelle pour des raisons religieuses. Cependant, la très grande majorité tient à participer à la messe. Philippe Martin pointe une «quête de sens» chez la très grande majorité des pèlerins, et ajoute que «cela correspond tout à fait à une perte d'influence des religions, mais pas à une perte de spiritualité».

Entretien avec Philippe Martin
23 août 2018, 19:05