Version Béta

Cerca

Vatican News
Le cardinal Daniel DiNardo, président de la conférence épiscopale américaine Le cardinal Daniel DiNardo, président de la conférence épiscopale américaine 

Déclaration du cardinal DiNardo sur l'affaire McCarrick

Dans une déclaration publiée ce mercredi 1er août 2018, le cardinal Daniel DiNardo, président de la conférence épiscopale américaine réagit à l’affaire McCarrick et détaille les mesures qui seront prises pour pallier les «graves manquements» de l’Eglise en matière d’abus sexuels.

Manuella Affejee- Cité du Vatican

Pour le Cardinal DiNardo, archevêque de Galveston-Houston et président de la conférence épiscopale américaine, «les échecs de l’Eglise soulèvent de sérieuses interrogations» : «pourquoi des accusations de péché contre la chasteté et la dignité humaine n’ont-elles pas été révélées lorsqu’elles ont été communiquées pour la première fois aux autorités officielles de l’Eglise? Pourquoi cette situation n’a-t-elle pas été affrontée avec justice lors de ces dernières décennies? Que doivent faire nos séminaires pour protéger la liberté de discerner une vocation sacerdotale sans être objet d’abus de pouvoir ?»

 

L’archevêque McCarrick devra répondre des accusations portées contre lui lors d’un procès canonique en règle ; mais, le cardinal DiNardo l’affirme, l’Eglise catholique américaine se doit, à son tour, d’accomplir quelques pas. C’est à cette fin qu’a été convoqué le comité exécutif de la conférence épiscopale américaine, en plus de la réunion du comité administrative en septembre et de l’assemblée plénière de l’épiscopat en novembre. L’occasion de discerner la «juste ligne d’action» à adopter sur ces questions.

Trouver la vérité

Mais le cardinal DiNardo précise d’ores et déjà 4 points importants. Il exhorte d’abord ses confrères évêques à répondre avec «compassion et justice» à tous ceux qui ont été victimes d’abus sexuels de la part d’un membre de l’Eglise : «nous devons faire notre possible pour les accompagner», écrit-il. Il invite en conséquence ceux qui ont subi des violences sexuelles ou du harcèlement dans l’Eglise à se présenter, et le échéant, à se manifester aux autorités judiciaires. Le président de l’USCCB affirme ensuite que la conférence des évêques suivra, en vertu de son autorité, les questions relatives à l’archevêque McCarrick ; et lorsque cette autorité trouvera ses limites, l’épiscopat soutiendra ceux qui en auront. «D’une manière ou d’une autre, nous sommes déterminés à trouver la vérité dans cette affaire».

Le cardinal DiNardo insiste enfin sur la nécessité d’une «conversion pastorale», tandis que les évêques tentent de «rétablir une juste relation avec le Seigneur». «Le chemin à parcourir doit impliquer une prise de conscience des péchés du passé», conclut-il.

 

02 août 2018, 17:05