Version Béta

Cerca

VaticanNews
Meeting de l'opposition dans l'agglomération de Caracas, le 15 mai 2018. Meeting de l'opposition dans l'agglomération de Caracas, le 15 mai 2018.  (AFP or licensors)

Pour les évêques du Venezuela, les élections du 20 mai sont illégitimes

Dans une note, la présidence de la conférence épiscopale du Venezuela est intervenue au sujet de la prochaine élection présidentielle. Le peuple qui souffre est indifférent à la campagne électorale, expliquent les évêques.

«La convocation de ces élections a été faite avec beaucoup d’anticipation, par avantages et intérêts politiques» et «elle est illégitime pour l’institution qui l’a convoquée». C’est ainsi que la présidence de la conférence épiscopale du Venezuela est intervenue dans un communiqué signé par Mgr Jose Luis Azuaje Ayala, l’évêque de Barinas, qui préside l’épiscopat local, et par d’autres membres de la conférence épiscopale, à propos du scrutin présidentiel fixé pour ce dimanche 20 mai.

Les évêques dénoncent encore une fois la situation dramatique dans le pays. «Jour après jour, nous sommes en train d’entrer dans une spirale de conflits qui trouvent leur propre racine dans la crise généralisée qui se vit dans le pays, une crise qui frappe durement les personnes et les familles les plus vulnérables : les pauvres, les paysans, les ouvriers, les malades, les anciens, les indigènes et les mineurs. Mais ces catégories ne sont pas les seules à souffrir», remarquent les évêques, soulignant les difficultés aussi des travailleurs et des étudiants. L’épiscopat dénonce en outre le fait que cette réalité dramatique ne soit pas «prise en compte par le gouvernement national, ni par les autorités régionales».

Les évêques remarquent «l’indifférence face à une campagne électorale qui n’a pas suscité d’émotions, de projets pour le pays, et n’a pas conquis un nombre élevé de personnes qui la suivent». Ils renouvellent donc leur demande déjà exprimée le 23 avril dernier de décaler la présidentielle au dernier trimestre de l’année, car «on ne peut pas privilégier l’intérêt de petits groupes politiques par rapport à celui de la grande majorité de la population vénézuélienne».

15 mai 2018, 16:30