Version Béta

Cerca

VaticanNews
Les chrétiens pakistanais figurent parmi les chrétiens les plus persécutés au monde. Les chrétiens pakistanais figurent parmi les chrétiens les plus persécutés au monde. 

Au Pakistan, une chapelle ouvre pour la première fois dans une université

Le 15 avril, la première chapelle d’une université pakistanaise a été inaugurée à Faisalabad, à l’est du pays, en présence de Mgr Joseph Arshad, administrateur apostolique du diocèse, du vice-chancelier de l’Université agricole, de professeurs, de religieux et d'étudiants. Une lueur d’espoir dans ce pays où les chrétiens sont persécutés.

Avec Fides

«La construction d’une église à l’intérieur du complexe universitaire lance un message d’amour et d’harmonie dans tout le pays. Le peuple chrétien viendra dans cette église et priera pour le progrès et la prospérité de l’Université et du Pakistan» a déclaré Mgr Arshad lors de l'inauguration de la chapelle qui jouxte le lieu de culte musulman déjà existant au sein de cette université publique. L’occasion pour Mgr Arshad de rappeler les paroles de Muhammad Ali Jinnah, fondateur du Pakistan, dans son discours à la nation de 1947: «Vous êtes libres, libres d’aller dans vos temples. Vous êtes libres d’aller dans vos mosquées ou dans tout autre lieu de culte dans cet Etat du Pakistan. Vous pouvez professer toutes les religions ou credo».

Mgr Joseph Arshad a ainsi célébré la messe dans la nouvelle église, oignant l’autel et bénissant le lieu. Dans son homélie, il a rendu grâce à Dieu et remercié ceux qui ont travaillé pour porter à terme le projet. Il a par ailleurs invité les jeunes à «accorder de l’importance à l’instruction supérieure et à contribuer activement au bien commun du Pakistan».

L’ouverture de cette chapelle signe une étape dans l’entente interreligieuse très compliquée dans ce pays où les chrétiens sont souvent persécutés. Les chrétiens pakistanais représente 3 millions de personnes, soit 2 % de la population du Pakistan. Selon Fides, près de 700 femmes de confession chrétienne sont chaque année enlevées, séquestrées et converties de force à l’islam, parfois après avoir été violées.

20 avril 2018, 16:23