Version Béta

Cerca

Vatican News
Sainte Joséphine Bakhita. Sainte Joséphine Bakhita. 

Sainte Joséphine Bakhita, une source d'inspiration littéraire

Sainte Joséphine Bakhita est au cœur d'un roman de Véronique Olmi.

Entretien réalisé par Marie Duhamel - Cité du Vatican

L’Église instituait il y a trois ans une Journée mondiale de prière et de réflexion sur la traite des êtres humains, sur volonté du Pape qui souhaitait ainsi sensibiliser les fidèles et les hommes de bonne volonté. L’Organisation internationale du travail estime qu’environ 21 millions d’individus sont actuellement victimes de travail forcé ou à la prostitution à travers le monde. Plusieurs millions de personnes seraient, en outre, vendues à des fins lucratives, dans leurs pays d’origine, de transit ou de destination. L’Onu précise qu’un tiers des victimes sont des enfants.

À la veille de cette journée dédiée aux victimes de la traite, le Pape a lancé un appel aux citoyens et institutions afin qu’ils unissent «leurs forces pour prévenir la traite, pour garantir la protection et l'assistance aux victimes». A l’issue de l’audience générale, «il a prié une nouvelle fois pour que le Seigneur convertisse le cœur des passeurs et donne l'espoir de retrouver la liberté à ceux qui souffrent de ce fléau honteux».

C’est d’ailleurs pour donner de l’espoir aux victimes, que le Pape avait choisi la date du 8 février, en la solennité de sainte Joséphine Bakhita. Une petite Soudanaise enlevée à 7 ans pour être vendue à 5 reprises comme esclave avant d’être recueillis par le consul d’Italie à Khartoum et conduite par lui en Italie. Elle y sera domestique avant d’être affranchie par la justice, l’esclavage n’existant pas en Italie. En 1893, à l’âge de 24 ans elle souhaite devenir religieuse et prononce ses vœux perpétuels en 1927 au sein de la congrégation des Sœurs de la charité. Elle passa 50 ans dans la maison des canossiennes de Schio dans le nord de l’Italie, s'occupant de la cuisine, de la lingerie et de la conciergerie. Elle fut béatifiée le 17 mai 1992 et canonisée par Jean-Paul II le 1er octobre 2000.

Ce parcours a saisi Véronique Olmi qui découvrit le portrait de la sainte et quelque repères biographiques dans une église de France. L’écrivain vient de consacrer à la petite esclave devenue religieuse un roman plein de souffle et poignant, décrivant une fillette et une femme libre malgré ses chaines, capable dans l’obscurité de voir la lumière et de protéger sa vie et celles de autres, de toutes ses forces, quand elle le put, elle qu’on priva pourtant de tout, à commencer par l’enfance.

Simplement intitulé Bakhita, le livre de Véronique Olmi a reçu le prix de la Fnac 2017. Il est publié chez Albin Michel.

Entretien avec Véronique Olmi

 

 

 

08 février 2018, 18:01