Cerca

Vatican News
Manifestations d'Haïtiens à Miami, le 12 janvier 2018. Manifestations d'Haïtiens à Miami, le 12 janvier 2018.  (2018 Getty Images)

Immigration: les évêques américains dénoncent les propos de Donald Trump

La conférence épiscopale américaine dénonce les insultes proférées par le président américain durant une réunion sur l'immigration.

Cyprien Viet - Cité du Vatican

Les déclarations du président américain Donald Trump sur Haïti et sur des nations africaines, qu’il aurait qualifié de «pays de m....» lors d’une réunion sur l’immigration avec des parlementaires américains, ont suscité une vive controverse à l’échelle mondiale.

La conférence épiscopale américaine, par la voix de son responsable de la communication, James Rogers, a exprimé sa «grande préoccupation» face à ces «propos désobligeants», ce 12 janvier 2018. «Tous les êtres humains sont faits à l’image et à la ressemblance de Dieu, et des commentaires qui dénigrent des nations et des peuples violent cette vérité fondamentale et causent une réelle douleur pour nos voisins».

Par la voix de James Rogers, l’épiscopat américain a ajouté qu’il était regrettable que cette polémique éclate à la veille du «Martin Luther King's Day», et puisse porter atteinte à l’effort bipartisan mené pour apporter une aide aux «Dreamers», les jeunes migrants dont le statut de protection, mis en place sous l’administration Obama, est remis en question par Donald Trump. 

«Alors qu’un débat vigoureux continue sur le futur de l’immigration, nous devons toujours nous assurer d’éviter un langage qui peut déshumaniser nos frères et sœurs», précise-t-il enfin.

Les cardinaux de Boston et de Chicago en désaccord

Le cardinal Sean O’Malley, archevêque de Boston, a lui écrit un témoignage plus personnel sur son blog. Il témoigne avoir apporté une aide à «de nombreuses personnes arrivées aux États-Unis pour partager leurs vies, leur culture et leur foi, mais l’esprit était bien différent de la teneur du langage utilisé aujourd’hui dans le pays quand on parle d’immigration». Le cardinal s’est attristé d’un ton «dur, non accueillant, suspicieux», et a regretté de voir qu’il y avait «des institutions et des voix individuelles avec la capacité de déformer la réputation de ce pays aux yeux du monde. Alors qu’on attend d’être respectés comme État souverain, ce respect doit être mutuel face aux autres personnes, aux autres pays et aux autres cultures.»

«Nous accueillons des immigrés et réfugiés de ces pays dans nos écoles, nos églises, dans les institutions sanitaires, et la description injuste de ces terres et de leurs habitants nous offense. Personne ne peut être défini de cette façon par le leader de notre pays.»

Son homologue de Chicago, le cardinal Blase Cupich, a lui tweeté un message de remerciement à Jean Baptiste Point Du Sable, fondateur de la ville et immigré haïtien, en ajoutant : «Nous sommes une nation d’immigrés, qui ont rendu l’Amérique grande, et qui continuent à l’enrichir avec les dons qu’ils apportent sur nos côtes.»

(avec agences)

13 janvier 2018, 13:01