Version Béta

Cerca

Vatican News
Trois croix décorées par des artistes chiliens ont été installées au sanctuaire de Saint Alberto Hurtado. Trois croix décorées par des artistes chiliens ont été installées au sanctuaire de Saint Alberto Hurtado.  (AFP or licensors)

Une Église chilienne proche des pauvres dans un contexte sécularisé

Trente ans après la visite de Jean-Paul II, la venue du Pape François est très attendue. Le cardinal Ricardo Ezzati Andrello, archevêque de Santiago, évoque la préoccupation des catholiques envers les plus pauvres dans son pays.

Entretien réalisé par Luca Collodi - Cité du Vatican

Le Pape François entame ce lundi 15 janvier 2018 au Chili son 22ème voyage apostolique. Cette visite mènera aussi le Saint-Père au Pérou voisin. Jean-Paul II s’était rendu au Chili du 1er au 6 avril 1987,  dans un pays dirigé à l’époque par Augusto Pinochet, dont le pape polonais avait qualifié le régime de «dictature transitoire».

C’est sur les pas de son prédécesseur que François arrive en terre chilienne, alors que le pays a beaucoup changé. Comme Jean-Paul II il y a trente ans, le souverain pontife se rendra dans une prison ou à l’université pontificale de Santiago. Il ira aussi comme lui au sanctuaire de Maipù pour vénérer la Vierge du Carmel.

Cette visite est très attendue par le peuple chilien et par l’Église locale, proche du peuple, nous explique le cardinal Ricardo Ezzati Andrello, l’archevêque de Santiago.

Entretien du cardinal Ricardo Ezzati Andrello
15 janvier 2018, 12:10