Version Béta

Cerca

Vatican News
Mgr Pierbattista Pizzaballa, administrateur apostolique du Patriarcat latin de Jérusalem, lors de la messe de la nuit de Noël célébrée le 24 décembre en l’église Sainte-Catherine de Bethléem. Mgr Pierbattista Pizzaballa, administrateur apostolique du Patriarcat latin de Jérusalem, lors de la messe de la nuit de Noël célébrée le 24 décembre en l’église Sainte-Catherine de Bethléem.  (AFP or licensors)

Pour Noël, Mgr Pizzaballa appelle les dirigeants à «oser l’aventure de la paix»

Les chrétiens de Terre-Sainte ont vécu un Noël particulier cette année, marqué par la décision américaine sur Jérusalem. Au cours de la messe de la nuit de Noël à Bethléem, Mgr Pierbattista Pizzaballa, l’administrateur apostolique du Patriarcat latin de Jérusalem, a souhaité que chacun renonce aux vues de grandeur et de pouvoir pour suivre l’humble chemin de paix proposé par l’enfant Jésus.

Samuel Bleynie- Cité du Vatican

La messe de la nuit de Noël à Bethléem est toujours un temps fort pour les chrétiens de Terre-Sainte et pour l’Église toute entière. Cette année, elle a été vécue dans un climat tendu, alors que les manifestations se succèdent dans la région depuis la décision américaine de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël.

Dans son homélie, Mgr Pierbattista Pizzaballa, l’administrateur apostolique du Patriarcat latin de Jérusalem, n’a pas souhaité répéter sa position. «Mais je peux, je dois même, recommander, à ceux qui ont le pouvoir de décider de notre futur, à la politique, d’être courageux, de ne pas craindre d’oser, de risquer», explique-t-il. Il invite les puissants du monde à se laisser «provoquer par le cri des pauvres et des affligés» pour «oser l’aventure de la paix et de la fraternité en renonçant aux vues de grandeurs et de pouvoir».

Si la grandeur et le pouvoir sont «notre marque, notre désir caché que tout change, dans les rapports quotidiens comme dans les relations internationales», Dieu est apparu «petit et pauvre, caché et humble» en Jésus, note Mgr Pizzaballa. Il appelle donc à se laisser, comme lui, «interroger par ce signe» plus que par une fête de Noël, devenue parfois «muette et insignifiante». Car «si Noël sans l’action de Dieu est impossible, sans notre action, Noël devient inutile.»

Conversion «de la grandeur à la petitesse»

Suivant cette logique, l’administrateur apostolique du Patriarcat latin de Jérusalem souhaite une conversion «de la grandeur à la petitesse, de la force à la faiblesse, du pouvoir au don, car c’est ainsi que Dieu agit». Il donne notamment ce conseil aux chrétiens de Terre-Sainte, préoccupés par la diminution de leur nombre, de leurs moyens et par l’insécurité.

«Acculés entre des puissances qui s’affrontent, parfois victimes de dynamiques et de stratégies plus grandes que nous, nous voudrions peut-être aussi suivre des voies de force et de pouvoir», concède-t-il. Au contraire, il exhorte les fidèles à être «un signe discret de la puissance de l’amour, humble commencement d’un règne de paix et de vérité».  «Courage, donc, Église de Terre-Sainte! Courage, frères et sœurs! Puissions-nous continuer à vivre et à rester ici, dans la faiblesse et la pauvreté, pour que tout cela soit les chemins de Dieu lorsqu’il voudra venir dans le monde et bénir l’humanité. Ne nous attristons pas pour que la joie du Seigneur soit notre force!»

(Source: site du Patriarcat latin de Jérusalem)

25 décembre 2017, 19:11