Cerca

Vatican News
Des réfugiés et membres d'associations dans une église du Vieux-Port de Marseille, le 22 novembre 2017. Des réfugiés et membres d'associations dans une église du Vieux-Port de Marseille, le 22 novembre 2017.  (AFP or licensors)

Les recommandations des jésuites pour l'intégration des réfugiés en France

Entretien – «Pour une stratégie d’intégration des réfugiés» : le Service jésuite des réfugiés (JRS) propose 27 recommandations pour améliorer l’intégration des réfugiés en France.

Xavier Sartre

Alors que les Européens ne parviennent toujours pas à se mettre d’accord sur une réforme du règlement de Dublin ni sur un accueil réparti des réfugiés entre les 27 États de l'Union européenne, les jésuites présentent des solutions concrètes dans un document, afin que les demandeurs d’asile réussissent leur insertion dans la société française. Ce document de 27 recommandations réparties en quatre chapitres, compare la pratique française et allemande et plaide pour une «délégation interministérielle pour l’intégration».

L’un des premiers enjeux, et pierre angulaire de toute politique d’intégration réussie, selon le réseau JRS, est la maîtrise de la langue française. Celle-ci permet au réfugié de comprendre ce qu'il se passe autour de lui, lui permet d’interagir avec son environnement et de verbaliser ses inquiétudes. Les politiques actuelles ne sont pas assez performantes pour garantir aux demandeurs d’asile cette maîtrise indispensable de la langue, ni ensuite une pleine intégration dans la société, par l'intermédiaire d'un emploi ou de la culture.

Pour le JRS, cet enjeu de la langue apparaît ainsi comme une question de droit fondamental et de condition minimale d’accueil des réfugiés. Irinda Riquelme, responsable de la coordination juridique au JRS France, nous explique que la maîtrise de la langue n’est justement pas seulement bénéfique au seul réfugié. 

Entretien avec Irinda Riquelme, responsable de la coordination juridique au JRS France
18 décembre 2017, 07:10