Recherche

Vatican News
Mgr Tharcisse Tshibangu Tshishiku Mgr Tharcisse Tshibangu Tshishiku 

Théologie Africaine : L'hommage à Monseigneur Tshibangu Tshishiku

Monseigneur Tharcisse Tshibangu Tshishiku, l'un des pionniers de la théologie africaine contemporaine, est mort mercredi 29 décembre 2021 aux cliniques universitaires de Kinshasa à 88 ans. Il était évêque émérite de Mbuji-Mayi, Recteur-Chancelier de l’université de Kinshasa et président du Conseil d’Administration des Universités du Congo.

Donatien Nyembo SJ – Cité du Vatican

L’évêque émérite de Mbuji-Mayi s’est éteint le mercredi 29 décembre 2021  aux cliniques universitaires de Kinshasa à l’âge de 88 ans. L’annonce faite par le recteur de l’Université de Kinshasa avait été confirmée par le secrétariat de la conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO).  Le nom de Monseigneur Tharcisse Tshibangu Tshishiku restera à jamais lié à la théologie africaine chrétienne contemporaine.

Brève biographie

Tharcisse Tshibangu Tshishiku est né à Kipushi dans l’actuelle province du Haut-Katanga en République Démocratique du Congo, le 23 avril 1933. Originaire de Ngandajika dans le Kasaï Oriental, Mgr Tshibangu a fait ses études primaires dans sa ville natale de Kipushi auprès de la paroisse Sainte Barbe de 1939 à 1944, avant de poursuivre ses études secondaires et ses humanités gréco-latines au petit séminaire de Kapiri-Kakanda dirigé par les pères bénédictins: c’était entre 1945 et 1951.

En 1951, il est admis au Grand séminaire de Baudouinville (actuelle Moba) où il étudie la philosophie et la théologie de 1951 à 1957.   Il se rend à Kinshasa avec l’accord de son évêque. A Kinshasa, le jeune séminariste Tshibangu fréquente l’Université Lovanium où il obtient une licence en théologie en 1959.

Le 9 aout 1959, il est ordonné prêtre pour le compte de l’Archidiocèse de Lubumbashi. En 1962, il est docteur en théologie de l’Université catholique de Louvain. Prélat de sa sainteté et premier recteur noir de l’Université Lovanium, il avait été nommé expert au Concile Vatican II avant d’être sacré évêque auxiliaire de Kinshasa en 1970. Pendant dix ans, de 1971 à 1981, il est président du conseil d’administration des universités du Zaïre (UNAZA). Après la mort du Cardinal Malula en 1991, il est vicaire général avec tous les pouvoirs sur l’Archidiocèse de Kinshasa avant d’être nommé évêque de Mbuji-Mayi en 1992, tache qu’il assumera jusqu’à sa renonciation en 2009 pour raison d’âge.

Hommages à Kinshasa

Les hommages de la nation et de l’Église congolaises à l’auteur de ‘‘Église et Nation’’ se sont étendus sur trois jours, soit du 10 au 12 janvier 2022, à Kinshasa, la capitale congolaise. Lundi 10 janvier a eu lieu une cérémonie d’hommages académiques, scientifiques et culturels au Musée national de Kinshasa. Mardi 11 janvier s'est tenu une cérémonie d’hommages officiels au Palais du Peuple, en présence du président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, au cours de laquelle Monseigneur Tshibangu a été élevé, à titre posthume, au rang de Grand cordon dans l'ordre national des Héros nationaux Kabila-Lumumba . Enfin, mercredi 12 janvier ont eu lieu les hommages académiques de l’Université de Kinshasa, la messe des funérailles à la Paroisse Universitaire Notre-Dame de la Sagesse et l’inhumation sur le site universitaire. 


Son intuition théologique de fond

En 1960, précisément le 29 janvier, avait eu lieu à Kinshasa, dans un contexte universitaire, un débat historique sur les conditions de possibilité d'une Théologie chrétienne africaine. Comme protagonistes, d'une part, le Doyen de la Faculté de Théologie de l'Université Lovanium de Kinshasa, Alfred Vanneste, et d'autre part, Tharcisse Tshibangu Tshishiku, à l'époque étudiant dans cette même Université.  Le premier soutenait la thèse selon laquelle la théologie chrétienne est d'abord universelle, et par conséquent, ne peut être dite africaine, mais qu'elle peut mutatis mutandis subir des adaptations du point de vue pastoral et catéchétique. Tharcisse Tshibangu Tshishiku, quant à lui, avançait la thèse selon laquelle la théologie chrétienne, tout en ayant une visée universelle, est caractérisée par le contexte socioculturel à travers lequel elle surgit. D'où son combat pour une théologie chrétienne ''de couleur noire''.

Bien avant ce débat, un livre collectif publié en 1956, "Les prêtres noirs s'interrogent", est considéré par d'aucuns comme le manifeste de la théologie chrétienne africaine contemporaine. Dans ce livre collectif, les auteurs voulaient assumer les conséquences de leur adhésion à Jésus-Christ et à son Eglise tout en dénonçant le paternalisme des responsables des Eglises chrétiennes occidentales de l'époque.

Assumer l'héritage des pionniers

De Tharcisse Tshibangu Tshishiku, qui vient de nous quitter, les chrétiens africains, notamment les universitaires, doivent retenir le fait que chaque théologie chrétienne est d'abord contextuelle bien qu'ayant une visée universelle (dans le sens que la révélation dont elle se fait l'écho est destinée à l'humanité tout entière). En d'autres termes, le discours théologique chrétien est prononcé ou écrit par les humains d'un contexte sociopolitique et culturel bien déterminé par le biais d'un langage et d'une interprétation qui n'échappent pas à la logique de revêtement et de conditionnement historiques. C'est cette intuition théologique de fond de Tharcisse Tshibangu Tshishiku qui fait de lui l'un des pionniers de la théologie chrétienne africaine contemporaine.

"Que les intellectuels chrétiens de l'univers africain soient galvanisés par l'héritage théologique de Tharcisse Tshibangu Tshishiku, afin d'élaborer d'une manière toujours renouvelée le Discours théologique négro-africain, et ce, à partir d'un promontoire et/ou d'un bosquet initiatique négro-africain", souhaite le professeur Mutela.

12 janvier 2022, 11:09