Recherche

2021.11.29 Padre Modeste Mankubu

Liturgie : Nouvelle traduction du Missel Romain

Une nouvelle traduction du Missel romain est entrée en vigueur le 28 novembre 2021, premier dimanche de l’Avent. Dans les pays francophones d’Afrique, l’on se pose un certain nombre de questions auxquelles répond le liturgiste jésuite Modeste Mankubu.

Donatien Nyembo SJ – Cité du Vatican

Le Missel romain est le livre de la célébration de la messe selon le rite romain. «Le rite romain n’a pas changé de Missel», explique le père Modeste Mankubu, «il s’agit plutôt d’une nouvelle traduction», la langue française étant elle-même dynamique. La traduction qui est entrée en vigueur ce 27 novembre 2021 est l’aboutissement d’un travail de 15 ans abattu par plusieurs experts réunis au sein de la Commission pour le Missel romain (COMIRO) faisant suite au souhait du Pape Jean-Paul II  de voir paraître les livres liturgiques du rite romain en langues vernaculaires, selon l’esprit de l’instruction Liturgiam Authenticam de 2001.

Pour une meilleure participation

«Un impératif de notre culture moderne est que ce que nous disons et faisons puisse avoir du sens, et non pas relever simplement d’un conformisme à la tradition, à des coutumes ou aux manières de faire anciennes. Ainsi, travailler à la clarté du texte  est précieux car cela ouvre à un trésor

Pour le Père Mankubu, la nouvelle traduction du missel tente de répondre au souci déjà exprimé par Vatican II, celui d’ «assurer une meilleure participation de tous dans nos célébrations». Il s’agit d’une meilleure participation à trois niveaux, précise-t-il : meilleure participation de chacun, meilleure participation de l'ensemble la communauté et meilleure participation de la communauté à la vie du monde.

Quelques modifications

Le travail de traduction de la COMIRO a porté sur l’intégralité du Missel romain. Entre autres choix, les traducteurs ont revalorisé le terme mysterium, mystère en français, au sens d’une réalité surnaturelle. «A titre illustratif, la formule ‘’préparons-nous à célébrer le mystère de l’Eucharistie’’».

«Les traducteurs ont également veillé à rendre la traduction aussi inclusive que le permet le texte latin, qui, dans certains cas, est moins genré que la traduction française actuelle. Sur ce point, rappelons que le mandat de la COMIRO était de traduire le Missel romain et non pas de l’adapter ou de le modifier. La difficulté, c’est que les textes anciens n’avaient pas encore notre souci d’inclusivité. Et on a consciemment évité de recourir à des procédés mécaniques d’inclusivité, comme la multiplication des ils et elles, celles et ceux, Frères et sœurs, etc.»

Outre la mention explicite des femmes dans le Confiteor et dans d’autres parties du Missel, « frères » étant remplacé par « frères et sœurs », les modifications sont nombreuses notamment la révision des prières, des préfaces et des dialogues rituels qui s’adjoint à la mise en avant du silence pour une réception fructueuse de la Parole de Dieu. Dans le credo, le terme “consubstantiel” remplace “de même nature”.

Il faut par ailleurs noter le renouvellement des formules de la préparation des dons et de la prière sur les offrandes, le changement de l’invitation à la communion : "Heureux les invités au repas des noces de l’Agneau". La nouvelle traduction du Missel romain propose également trois formules de renvoi : «Allez porter l’Évangile du Seigneur», «Allez en paix, glorifiez le Seigneur par votre vie», «Allez en paix». Pour le Père Mankubu, ces formules mettent en exergue avant tout la fonction prophétique des fidèles, c’est-à-dire leur mission d'annoncer le Christ faite non seulement par leurs paroles mais aussi et surtout par le témoignage de leurs vies.


Une opportunité d’aller plus loin

«Alors, est-ce que la nouvelle traduction du Missel romain sera vraiment au cœur de notre conversion missionnaire ?», s’est interrogé Mgr Pierre-Olivier Tremblay, OMI.  «Elle pourrait très bien n’être qu’un effort louable, mais n’ayant finalement qu’un impact limité à l’intérieur de la vie liturgique de nos communautés. Mais il est possible, et je l’espère, qu’elle soit vraiment un outil de plus, une opportunité pour aller plus loin dans une meilleure intégration de toute notre vie chrétienne pour faire de nous, de plus en plus, des disciples missionnaires. Dans le contexte des bouleversements du monde que nous vivons, prenons avec joie ce chemin de renouveau spirituel et missionnaire».

Signalons que la nouvelle traduction du Missel romain qui est entrée en vigueur le premier dimanche de l’Avent, le 28 novembre 2021, ne sera rendue obligatoire qu’à compter du dimanche 10 avril 2022, dimanche des Rameaux.

Père Modeste Mankubu SJ au micro de Donatien Nyembo SJ
29 novembre 2021, 15:21