Recherche

Vatican News
SAFRICA-POLITICS-UNREST

Mgr Sipuka fait le point sur la vie de l’Eglise en Afrique du Sud et en Eswatini

En marge de l’assemblée plénière des évêques sud-africains, commencée le 2 août 2021, Mgr Sithembele Anton Sipuka a passé en revue la situation sociopolitique qui prévaut en Afrique du Sud et en Eswatini.

Service français-Afrique – Cité du Vatican

L’assemblée plénière des évêques sud-africains (SACBC) a ouvert ses portes par vidéoconférence en raison de la persistance de la pandémie de Covid-19. Occasion pour Mg Sithembele Anton Sipuka, président de la SACBC, d’inviter le gouvernement sud-africain à « apprendre au peuple la démocratie, en l’encourageant à voter sur la base de principes et de responsabilités, au lieu de l'attachement à certaines personnes et à certains partis politiques ».

Violence et pillage en Eswatini

Le président de la SACBC a aussi abordé la question difficile de la violence et des pillages qui ont dévasté l'Eswatini et l'Afrique du Sud ces derniers jours. La petite monarchie enclavée au sud de l'Afrique, réputée pour ses réserves naturelles, a été ravagée par de fortes protestations contre le roi Mswati III, qui est au pouvoir depuis plus de trois décennies. L'épisode déclencheur a été le meurtre d'un étudiant en mai dernier, pour lequel la police est tenue responsable. Les manifestations ont été réprimées d'une main de fer par le monarque et le déploiement de l'armée a fait des morts et des blessés.

“L'épisode déclencheur a été le meurtre d'un étudiant en mai dernier.”

Même tableau en Afrique du Sud

La nation sud-africaine, quant à elle, a connu des affrontements et des émeutes qui ont fait plus de 70 morts et 1.200 arrestations. À l'origine de ces tensions, les manifestations déclenchées par l'arrestation de l'ancien chef d'État, Jacob Zuma, condamné à 15 mois de prison pour outrage à magistrat dans le cadre d'un procès pour corruption. « Un aspect positif que l'on peut voir dans ces manifestations », a souligné Monseigneur Sipuka, « c'est qu'elles semblent constituer un mouvement irréversible pour remédier de manière décisive au manque de démocratie ». C’est bien là un objectif noble que la SACBC espère atteindre sans nouvelles pertes de vies humaines.

À l'origine de ces tensions, les manifestations déclenchées par l'arrestation de l'ancien chef d'État, Jacob Zuma,

Une différence paradoxale

Par ailleurs, le président de la SACBC a tenu à faire remarquer les différences entre les conflits qui ont éclaté dans les deux pays. En l'Eswatini, a-t-il expliqué, « la population se bat contre un roi qui traite la nation comme sa propriété privée, tandis qu'en Afrique du Sud, les instigateurs de la violence se battent pour l'impunité d'un homme qui a facilité le pillage du pays et lorsqu'il a été appelé à répondre de ses actes, il n'a pas respecté les lois nationales ». Au fait, pour Mgr Sipuka, « en Eswatini, les gens sont fatigués d'un grand homme intouchable, alors qu'en Afrique du Sud, ils se battent pour le retour d'un tel homme au pouvoir ». Paradoxe !

“En Eswatini, les gens sont fatigués d'un grand homme intouchable, alors qu'en Afrique du Sud, ils se battent pour le retour d'un tel homme au pouvoir”

Une relecture de la pandémie

Mgr Sipuka a ensuite porté son attention sur la pandémie de Covidi-19, qui a jusqu'à présent causé 2,47 millions d'infections et plus de 72 000 décès en Afrique du Sud. Il a remercié tous ceux qui ont gardé la foi en ces temps difficiles, ainsi que les prêtres et les agents pastoraux qui ont continué à faire preuve de créativité dans un contexte aussi critique. Mais, le président de la SACBC s'est dit attristé par le fait que les catholiques, et tous les chrétiens en général, n'ont pas fait grand-chose pour atténuer la souffrance sociale résultant du Covid-19 et des récentes violences. « Si nous étions plus unis, nous pourrions donner plus » aux personnes dans le besoin, au lieu de disperser nos efforts, a-t-il déclaré.

“Si nous étions plus unis, nous pourrions donner plus..”

Parmi les autres sujets à l'ordre du jour de la plénière figurent le cheminement vers le Synode général des évêques, prévu au Vatican en 2023 sur le thème « Pour une Église synodale : communion, participation et mission » et la proposition controversée d'une loi nationale sur les mariages qui vise à introduire la polyandrie.

05 août 2021, 11:09