Recherche

Vatican News

Togo : célébration de la journée mondiale des grands-parents et des personnes agées

A l’occasion de la première journée mondiale des grands-parents et des personnes âgées, célébrée le dimanche 25 juillet 2021, le père Emmanuel Mawusi a invité les fidèles chrétiens à se libérer des préjugés qui stigmatisent les personnes âgées.

Françoise Niamien - Cité du Vatican

Le Saint-Père avait annoncé l'institution d'une « Journée mondiale des grands-parents et des personnes âgées », célébrée le quatrième dimanche de juillet. A cette intention, une messe a été célébrée en la paroisse Notre-Dame de Lourdes de Be Adidomé, dans l’archidiocèse de Lomé au Togo, par le père Emmanuel Mawusi. Dans son homélie, le père Mawusi a lancé cette invitation aux fidèles chrétiens : « ouvrons nos cœurs, tournons-nous vers les personnes âgées. Manifestons-leur notre gratitude ». Et de renchérir : « prenons le temps de nous asseoir à leurs côtés, d’échanger avec eux, de leur montrer de l’intérêt, car elles sont des sources d’inspiration que nous devons protéger. En elles, nous voyons le visage du Christ qui nous interpelle ».

Une belle initiative du Pape François

Le curé de la paroisse Notre-Dame de Lourdes de Be Adidomé a également souligné l’importance de l’institution de cette journée par le Pape François : « c’est une très belle initiative qui doit occuper une place de choix dans nos cœurs, car elle met en exergue le respect de la dignité de la personne humaine depuis sa conception jusqu’à la fin de ses jours ». Pour le père Mawusi, une journée mondiale dédiée aux grands-parents et aux personnes âgées « est une occasion propice pour repenser la façon dont nous menons l'action pastorale vis-à-vis de ces personnes qui sont souvent oubliées et fragilisées ». Il espère ainsi que les clercs et les laïcs seront les relais de cette initiative du Saint-Père et mèneront des actions concrètes pour apporter l’amour et la proximité nécessaires aux personnes âgées.

La place des personnes âgées dans nos sociétés africaines

Reprenant Amadou Hampâté, le père Mawusi a fait remarquer qu’en Afrique, « un vieillard qui meurt, c’est une bibliothèque qui brûle ». « Ce que voit le vieillard en étant assis, le jeune ne le voit pas en étant debout », a-t-il souligné rappelant que, dans l’Afrique traditionnelle, les personnes âgées occupaient une place de choix et étaient dépositaires des traditions ancestrales. Mais aujourd’hui, a-t-il déploré, les vieillards n’ont plus ce statut. Qualifiés de sorciers, « ils sont considérés comme des dangers, des menaces pour leurs différentes familles ».

Nous libérer des préjugés

En contexte africain, l’institution de cette journée mondiale est aussi l’occasion de se libérer des préjugés qui stigmatisent les personnes âgées. Au-delà de la souffrance et de la précarité, « il ne faudrait pas penser que les personnes âgées sont des fardeaux pour nous. C’est plutôt une bénédiction de s’occuper de nos grands-parents et des personnes âgées », a exhorté le père Mawusi.
La célébration de la première journée mondiale des grands parents et des personnes âgées à la paroisse à la paroisse Notre Dame de lourdes de Be Adidomé dans l’archidiocèse de Lomé au Togo a été marquée par une visite aux personnes âgées de la paroisse.

 

 

 

30 juillet 2021, 12:12