Recherche

Vatican News
Le Cardinal Fridolin Ambongo et le père Rigobert Kyungu, le provincial des Jésuites d’Afrique Centrale. Le Cardinal Fridolin Ambongo et le père Rigobert Kyungu, le provincial des Jésuites d’Afrique Centrale.  

RD Congo : le Cardinal Ambongo réconforte la « périphérie » de Kinshasa

L'Archevêque de Kinshasa et Administrateur Apostolique du diocèse de Kisantu, le Cardinal Fridolin Ambongo, s’est à nouveau rendu à Kimwenza, banlieue de Kinshasa, pour affermir l’espérance des populations désespérées face aux érosions qui ne cessent de gagner du terrain.

Camille Mukoso, SJ – Cité du Vatican

A moins de trois mois et pour la deuxième fois consécutive, le Cardinal Fridolin Ambongo a rendu visite à ses ouailles de Kindele et de Kimwenza dans la commune de Mont Ngafula où un immense ravin plane comme une épée de Damoclès sur la population du quartier Kimbondo à Kinshasa. Abandonnés à leur triste sort, les habitants de cette partie de la capitale congolaise sont aux prises avec une gigantesque érosion qui menace d’engloutir une école primaire des sœurs Conceptionistes Missionnaires de l'Enseignement, après avoir emporté à son passage des maisons et occasionné des pertes en vie humaine.

Proximité avec son peuple

Il y a quelques jours, des pluies torrentielles se sont abattues sur la ville de Kinshasa. Ces intempéries ont raillé de la carte un marché où les paisibles citoyens de Kindele et Kimwenza se procuraient les biens de premières nécessités. Venu palper du doigt la souffrance de ses fidèles, le Cardinal Ambongo s’est fait accompagner du Directeur pays de la Banque mondiale en RD Congo, Jean-Christophe Carret, des députés nationaux et provinciaux, ainsi que du bourgmestre de la commune de Mont-Ngafula. 

L’attente de la population jaillie de leur regard

En accueillant cette délégation, le provincial des Jésuites d’Afrique Centrale, le père Rigobert Kyungu, a tout d’abord exprimé sa gratitude à ses hôtes pour avoir accepté d’emprunter le sentier difficile d’accès de Kimwenza. Et de poursuivre : « nous savons qu’en général, les décisions des grandes organisations se prennent en ville, dans des bureaux climatisés. Mais vous avez daigné fouler notre sol et passer votre matinée de travail là où nous demeurons. Quelle que soit l’issue de cette visite, nous n’oublierons jamais cette date qui, pour nous, reste historique ». Le père Kyungu a ensuite invité le Cardinal Ambongo à fixer du regard les yeux hagards de la foule immense venue à sa rencontre.  Ce regard éloquent, a-t-il déclaré, laisse transparaitre une attente commune : « que les ravins soient comblés comme le prophétisait Isaïe et comme l’ordonnait le Baptiste ; que les routes soient aplanies et que l’on arrête ces érosions qui menacent, jour et nuit, la vie des milliers d’êtres humains entassés dans ces quartiers si peuplés ». Partageant sa propre expérience de la traversée de ce ravin, le provincial des Jésuites d’Afrique Centrale a assuré qu’il s’agit d’une descente aux enfers avec le danger permanent des éboulements de terre. Le père Kyungu a enfin demandé à Monsieur Jean-Christophe Carret de considérer la situation de ces érosions comme une urgence de la Banque mondiale en partenariat avec le gouvernement congolais.

Les enfants s’interrogent sur leur avenir

Le Cardinal Ambongo et Cie ont été également accueillis par les élèves de l’école maternelle et primaire Libota Lisantu dont les murs sont déjà emportés par l’érosion dévastatrice. Les élèves de cette école ont demandé à leur père dans la foi ce qu’il comptait faire de ses enfants en détresse, devenus la cible d’angoisse, d’inquiétude et de moquerie à cause de leur école déjà atteinte par le ravin. Ils ont rappelé à leur pasteur qu’il a promis, lors de sa première visite dans ce site désastreux, de rendre compte de leur situation affreuse au chef de l’Etat congolais. Et d’insister avec curiosité : « A-t-il répondu favorablement à votre demande ? ».

Il y a lieu d’espérer

Face à cette triste réalité qui vole la dignité de ses fidèles, le Cardinal Ambongo ne mâche pas ses mots : « L’année dernière, le chef de l’Etat avait débloqué 4 millions de dollars pour cette route : où sont-ils partis ? En tant que pasteur, quand je vois mon peuple qui désespère à cause de la gravité de l’érosion, je ne peux que me retourner vers le chef de l’État pour que l’on fasse la lumière sur la destination de cet argent ». Pour l’archevêque de Kinshasa, il y a encore lieu d’espérer : « J’ai bon espoir que notre visite aujourd’hui avec le représentant de la Banque Mondiale, pourra constituer un début pour une longue étude, et au bout du chemin, nous espérons que Kimwenza sera finalement reliée à Kinshasa ».Pour sa part, Monsieur Yannick Luntadila le représentant personnel du chef de l’Etat, a promis de porter la voix des habitants de cette partie de la capitale congolaise : « je m’engage à faire un rapport conséquent en quittant ici. Et je pense que nous allons faire de notre mieux pour arrêter cette érosion », a-t-il promis. La banque mondiale, quant à elle, s’est engagée à entamer une étude scientifique avec l’expertise congolaise pour venir à bout à cette situation dramatique.

Plaidoyer pour une prise en charge multisectorielle

Un mémorandum a été remis au Cardinal Ambongo et à sa délégation par le père jésuite Toussaint Kafarhire. Le texte appelle à cesser de mesurer l’ampleur de cette érosion uniquement par la métrique de sa progression. « C’est plutôt en termes d’urgences, vue les catastrophes humanitaires, sociales, et écologiques qu’elle entraine », qu’il faut appréhender le désarroi de la population et ainsi proposer une assistance holistique.

 

25 mars 2021, 21:12