Recherche

Vatican News
2020.05.23 Gesuiti africani

Afrique : la requête des jésuites sur les vaccins contre la Covid

Dans une lettre signée par le président de la conférence des jésuites d’Afrique et de Madagascar, le père Emmanuel Agbonkhianmeghe Orobator, les supérieurs majeurs des jésuites d’Afrique joignent leur voix à celle du pape François et affirment la nécessité de rendre les vaccins Covid-19 disponibles et accessibles à tous.

Service français-Afrique – Cité du Vatican

La conférence des jésuites d’Afrique et de Madagascar, JCAM, s’est jointe à la proposition de l'Afrique du Sud et de l'Inde de suspendre temporairement les brevets et autres droits de propriété intellectuelle sur les médicaments, les tests de diagnostic et les vaccins destinés à la riposte contre la Covid-19. Après avoir lancé un appel au président américain Joe Biden, les jésuites africains ont écrit une lettre à l'ambassadeur allemand au Kenya, Annett Günthe, pour demander à l'Allemagne et à l'Union Européenne  de ne pas faire obstacle à cette initiative qui pourrait sauver des millions de vies et qui a été soutenue par une centaine de pays et plus de 400 organisations de la société civile dans le monde.

Les vaccins Covid-19, biens universels

Dans cette lettre, signée par le président du JCAM, le père Agbonkhianmeghe Orobator, les supérieurs majeurs des jésuites joignent leur voix à celle du pape François pour demander que les vaccins Covid-19 soient disponibles et accessibles à tous en tant que « biens universels ». Pour les jésuites africains, la position des pays qui, comme l'Allemagne, ont été tièdes face à l'hypothèse d'une dispense temporaire à l'Accord sur les droits de propriété intellectuelle liés au commerce (ADPIC), est indéfendable,  car elle « contribue à aggraver la crise mondiale de l'inégalité ». Ainsi, les fils de Saint Ignace soulignent que l'impact de la pandémie parmi les communautés pauvres et vulnérables est particulièrement dévastateur et l'absence d'intervention risque d'avoir des répercussions sur tout le monde.

Un danger permanent et public

Plus le virus continue de circuler parmi les populations non protégées, plus la probabilité de mutations transmissibles est grande, ce qui affectera évidemment tous les pays, y compris ceux qui s'opposent à la proposition de suspension des brevets, prévient le JCAM. En Afrique,  affirment les jésuites du continent, les nouvelles variantes provoquent déjà une augmentation du nombre de cas et de décès, avec des dommages supplémentaires pour les économies déjà fragiles. Comme l'indique la Banque Africaine de Développement(BAD), ces pays à faibles revenus risqueraient d'éloigner l'Afrique de l'objectif de développement durable consistant à éradiquer l'extrême pauvreté d'ici 2030. C’est dans ce sens que les supérieurs majeures jésuites en Afrique insistent sur l'urgence d'accélérer la production et la distribution des vaccins, en augmentant le financement multilatéral à cette fin. Voilà pourquoi, ils lancent un appel à l'Allemagne et aux pays du G-20 pour demander au Fonds monétaire international d'émettre de nouveaux droits de tirage spéciaux (la monnaie utilisée par le FMI, ndlr) pour financer la production des doses et notamment le plan Covax, l'initiative promue par l'Organisation Mondiale de la Santé, la Commission européenne et, entre autres, par l'UNICEF, pour assurer la vaccination dans les pays à faible revenu.

Plaidoirie des jésuites africains, une préoccupation de l’Eglise

Il convient de rappeler que la suspension des ADPIC pour faciliter l'accès universel aux médicaments, tests diagnostiques et vaccins Covid-19 a de nouveau été demandée par le Saint-Siège le 23 février 202, lors d'une réunion du Conseil des droits de propriété intellectuelle liés au commerce à l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC). Dans son discours, l'observateur du Vatican, Mgr Ivan Jurkovič, avait souligné que les mécanismes complexes actuels de protection des droits de propriété intellectuelle représentent un obstacle pour faire face à l'urgence actuelle, rappelant que « les politiques et les lois doivent maintenir une perspective axée sur le respect et la promotion de la dignité humaine, dans un esprit de solidarité au sein des nations et entre elles ».

01 mars 2021, 14:19