Recherche

Vatican News
2021.01.18 Logo dei 125 anni di evangelizzazione della Costa d’Avorio

Côte d’Ivoire : l’Eglise vers la clôture du jubilé des 125 ans de l’évangélisation

L’Eglise Catholique en Côte d’Ivoire clôturera le jubilé de ses 125 ans d’évangélisation le dimanche 24 janvier 2021, par une messe solennelle à la Cathédrale Saint Esprit de Mockeyville, dans le diocèse de Grand-Bassam. Le Père Jean Bonzo Kouassi, vicaire général du diocèse et, président du comité scientifique, apporte des précisions sur cette marche jubilaire entamée depuis 2017 et les festivités de clôture. Entretien.

Françoise Niamien – Cité du Vatican

 

A quand remonte l’histoire de l’évangélisation de la Côte d’Ivoire ?

Nous avons bénéficié de plusieurs tentatives de l’entrée de l’Evangile en Côte d’Ivoire, mais la plus fructueuse a été celle menée par les pères de la société des missions africaines (SMA) en 1895. Le 28 octobre 1895 est la date officielle retenue par l’Eglise en Côte d’Ivoire pour le début de l’évangélisation de notre pays. Cette évangélisation a commencé à Grand-Bassam sur le littoral. Au fur et à mesure, l’Evangile a pénétré l’intérieur du pays, en passant d’abord par Bingerville puis Dabou, deux villes du sud, jusqu’au nord du pays. C’est donc cette entrée de l’Evangile, depuis 1895, qui a donné aujourd’hui au pays un clergé local et qui a fait de la Côte d’Ivoire un pays ouvert et accueillant de l’Evangile.

“En marche vers les 125 ans de l’évangélisation de la Côte d’Ivoire : Grand Bassam porte de la foi.”

Pour célébrer ces 125 ans une marche a été entamée depuis trois ans. Quelles ont été ses grandes étapes ?

Il faut d’abord indiquer que le thème général de ce jubilé est : ‘’En marche vers les 125 ans de l’évangélisation de la Côte d’Ivoire : Grand Bassam porte de la foi’’. C’est la terre de Grand-Bassam qui a accueilli les premiers missionnaires SMA et la bonne nouvelle du Salut. Et pour commémorer ces 125 ans, Monseigneur Raymond AHOUA, l’actuel évêque du diocèse de Grand-Bassam, a demandé qu’il soit organisé une marche jubilaire. Ainsi, nous avons ouvert cette marche en 2017 avec les enfants. L’année des enfants avait pour thème « Foi et mission ». Il s’agissait de leur montrer l’enjeu de la mission qui implique justement que chacun, à son niveau, doit agir et faire avancer l’Evangile. C’est un héritage commun. Pendant toute une année, nous avons aidé les enfants en leur montrant comment leur foi doit être à la fois une foi de mission, et une foi d’engagement.

“Discerner et s’engager avec Jésus.”

En 2018-2019, notre cible a été les jeunes, avec le thème suivant : « Discerner et s’engager avec Jésus ». Nous avons vu avec eux, comment discerner et s’engager avec le Christ. Et nous avons rappelé aux jeunes qu’ils doivent occuper la place qui est la leur, c’est à dire amorcer une capacité de discernement pour un engagement juste. Penser que la jeunesse est l’espoir de l’Eglise, mais une jeunesse responsable adulte et mature était primordiale et importante. Donc cette année-là, l’Evêque a orienté tout le diocèse sur l’importance de la jeunesse dans l’Eglise. En 2019-2020, la 3ème année a été consacrée aux familles avec pour thème « Familles chrétiennes, aimer et se sanctifier ». Ici, nous avons voulu rassembler toutes les couches sociales (enfants, jeunes et adultes) dans un corps qui est la famille, le support et le socle de la société et de l’Eglise. Quand la famille se porte bien, la société et l’Eglise se portent également bien. Cette année a été aussi une autre occasion pour les prêtres de jeter un plus grand regard sur l’accompagnement des familles. Et maintenant, nous sommes dans la phase de la célébration du jubilé avec la messe solennelle, le dimanche 24 janvier 2021.

“Cette prière du jubilé, en même temps, nous invite à la mission.”

Depuis le samedi 9 janvier 2021, cette marche connaît une envergure nationale. Quelles sont les grandes activités qui conduisent à la célébration solennelle le 24 janvier 2021 ?

Le premier élément de cette marche nationale a été la rédaction de la prière du jubilé, recitées actuellement dans toutes nos paroisses par les fidèles pour remercier Dieu d’avoir visité la Côte d’Ivoire. Cette prière du jubilé, en même temps, nous invite à la mission. La deuxième étape a été la grande évangélisation du samedi 9 janvier 202.Elle a permis à tous les groupes spirituels, à caractères marial et charismatique, de faire monter nos supplications vers Dieu et de prier pour la paix en Côte d’Ivoire. La troisième étape a été la grande nuit de louange, d’adoration et d’action de grâce avec des chantres, chœurs et chorales, dans la nuit du vendredi 15 au samedi 16 janvier 2021, à la cathédrale saint- Paul d’Abidjan Plateau. Et là, le peuple de Dieu a élevé la voix pour louer et danser à la gloire de Dieu. La quatrième étape, qui a eu lieu le dimanche 17 janvier 2021, a été l’ouverture du jubilé sur toutes les paroisses du pays. La dernière étape, avant la célébration solennelle, est le triduum, du 19 au 21 janvier 2021. Trois jours de préparation spirituelle intense pour nous apprêter à la grande célébration solennelle, le dimanche 24 janvier.

“L’apothéose sera la grande célébration eucharistique le dimanche 24 janvier à la Cathédrale Saint Esprit de Mockeyville à Grand-Bassam.”

Dans le programme de ces activités de clôture figure la tenue de la 117ème assemblée plénière de la Conférence des évêques Catholiques de Cote d’Ivoire. Pourquoi l’avez-vous incluse dans le programme du jubilé ?

Tous les ans, les évêques organisent trois assemblées plénières. De façon collégiale, ils ont décidé que cette assemblée, qui devait se tenir en dehors du diocèse de Grand-Bassam, se tienne à Bassam pour la clôture de l’année jubilaire. Les évêques viennent à Bassam sur la terre des missions, la porte de la foi pour que toute l’Eglise réunie fasse un bilan. En outre, l’assemblée plénière des évêques est le moment où ils décident de l’amélioration de la vie de l’Eglise et réfléchissent sur la marche de la nation ivoirienne. L’apothéose sera la grande célébration eucharistique le dimanche 24 janvier à la Cathédrale Saint Esprit de Mockeyville à Grand-Bassam. Nous attendons plus de 20 mille personnes autour de nos évêques, du nonce apostolique en Côte d’Ivoire ainsi que des autorités politiques, administratives et coutumières pour dire merci à Dieu, en ce lieu qui a accueilli, il y a 25 ans, la célébration du premier centenaire de l’évangélisation de la Côte d’Ivoire et d’où sortira la Cathédrale Saint Esprit, signe de l’unité de toute une l’Eglise.

“Dieu est venu habiter en Côte d’Ivoire, il est notre paix.”

Qu’attendez-vous de la population ivoirienne et particulièrement des catholiques, à l’occasion de ce jubilé de l’évangélisation du pays ? 

Dieu est venu habiter en Côte d’Ivoire, il est notre paix. Par Jésus, Dieu nous apporte la paix, l’unité et réconciliation. C’est bien ce que chacun de nous doit recevoir comme valeur pour vivre. C’est un acte de foi important que nous devrons mettre en évidence, dès le 24 janvier 2021 dans toute la Côte d’Ivoire. C’est un moment de prière  d’intercession pour que la paix nous soit accordée. Nous profitons pour dire merci au Saint-Siège qui a accordé l’indulgence plénière pour ce jubilé. C’est donc le Jubilé, jubilons tous ensemble.

Père Jean Bonzo Kouassi, vicaire général du diocèse de Grand-Bassam, au micro de Françoise Niamien.
20 janvier 2021, 18:19