Recherche

Vatican News
Photo d'illustration Photo d'illustration 

Burkina-Niger : appel des évêques pour la paix et la justice

Les évêques de Burkina-Niger ont défini les conditions nécessaires pour garantir le déroulement pacifique des élections présidentielles et législatives prévues le 22 novembre prochain.

Camille Mukoso, SJ – Cité du Vatican

Les évêques membres de la Conférence épiscopale de Burkina-Niger ont publié, le dimanche 1er novembre 2020, un message dans lequel ils invitent tous les citoyens burkinabés à exercer pacifiquement leurs droits civiques en se rendant aux urnes pour voter, lors des élections générales du 22 novembre prochain. Citant le pape Jean XXIII, les évêques rappellent que le vote est « l’un des piliers de toutes les institutions démocratiques, ainsi qu’une des meilleures garanties de durée de la démocratie ». Face à la situation sécuritaire qui prévaut dans leur pays, les prélats ont déploré le fait que le Burkina Faso ne cesse de compter ses morts et est impuissant devant l’afflux de milliers de personnes chassées, persécutées, expropriées de leurs biens et devenues finalement des réfugiés dans leur propre patrie.

Devoir de gratitude

« Les chiffres relatifs à cette crise sont très parlants, malgré leurs divergences », indiquent les évêques, pensant particulièrement aux régions du Sahel, du Nord, du Centre-Nord, de l’Est, du Centre-Est, de la Boucle du Mouhoun et des Cascades. Malgré cet état de fait, les évêques burkinabés ont déclaré être reconnaissants envers ceux qui « se battent jour et nuit pour garantir la sécurité de leurs frères et sœurs, en l’occurrence les Forces de Défense et de Sécurité et toutes les personnes de bonne volonté qui leur prêtent main-forte ». Ils saluent la mémoire de ceux et celles qui ont sacrifié leur vie dans la lutte contre ce fléau et ont présenté leurs condoléances à leurs familles éplorées.

La voix de la confiance de l’espérance

La conférence épiscopale de Burkina-Niger exprime également sa reconnaissance aux personnels soignants pour la vaillance, le patriotisme et l’humanisme dont ils ont fait preuve en cette période de crise sanitaire. C’est dans un tel contexte, font-ils savoir, que « la voix des Évêques du Burkina Faso se veut être celle de la confiance et de l'espérance à l’orée des élections ». Et de renchérir : « Il est important que nous nous rappelions, dans ce contexte particulier que nous vivons, les situations combien difficiles que nous avons traversées ensemble avec courage et résilience, sous la protection du Dieu créateur et miséricordieux ».

Devoir de mémoire

Par ailleurs, les évêques invitent leurs fidèles à se rappeler de la crise postélectorale d’octobre 2015. Selon leurs propres mots, « le souvenir de ceux qui ont perdu la vie, la santé ou des biens lors de cette insurrection doit nous interpeller et désormais stimuler nos engagements en les orientant vers le don de soi jusqu’au sacrifice pour le bien de tous ». Cette évocation du passé revêt, à leurs yeux, une importance capitale. Car, la situation dans laquelle se trouve le Burkina Faso prouve à suffisance que les droits qu’ils considèrent souvent comme les plus évidents ne sont pas définitivement garantis. C’est dans ce sens qu’ils invitent tous les citoyens burkinabés à travailler à préserver ces droits et à les consolider, en évitant que les forces obscures qui œuvrent à les priver de la jouissance de ces droits et à faire basculer leur pays dans d’autres situations inextricables ne parviennent à leurs fins.

Œuvrer pour la paix et la justice

Les évêques exhortent, en outre, les responsables politiques à préserver la vie et l'intégrité physique, psychologique et morale des personnes, à servir le peuple, à rejeter la corruption et à veiller à ce que le pouvoir ne bafoue pas les droits des citoyens. Ils ont, à nouveau, encouragé le dialogue et la réconciliation et ont invité tous les dirigeants politiques à œuvrer pour la paix et la justice, afin que le Burkina Faso soit un pays d'hommes intègres et une nation unie. Enfin, la Conférence épiscopale du Burkina-Niger demande aux hommes et aux femmes de bonne volonté de cultiver la solidarité et la cohésion sociale, afin que le pays puisse disposer d'une démocratie caractérisée par la transparence et l'intégrité, avec des représentants dignes qui le conduiront vers un avenir toujours plus brillant. Le message des évêques se termine par une invitation aux croyants de toutes les confessions religieuses à prier sans cesse pour accompagner les prochaines élections.

 

04 novembre 2020, 17:35