Recherche

Vatican News
Mgr Mathieu Madega (en chapeau), évêque de Mouila/Gabon (Ph. : JP Bodjoko, SJ/Vaticannews) Mgr Mathieu Madega (en chapeau), évêque de Mouila/Gabon (Ph. : JP Bodjoko, SJ/Vaticannews)  

Monseigneur Madega Lebouakehan : « l’encyclique du Pape aborde la plupart des problèmes que nous vivons au Gabon »

Evêque de Mouila, au Gabon, et président de la conférence épiscopale du même pays, Mgr Mathieu Madega Lebouakehan analyse la récente encyclique du Pape « Fratelli tutti » et invite tous les Africains en général, et les Gabonais, en particulier, à se l’approprier. Entretien

Jean-Pierre Bodjoko, SJ* – Cité du Vatican

Comment avez-vous accueilli la nouvelle encyclique du Pape intitulée « Fratelli tutti » ?

Nous accueillons cette encyclique comme le prolongement de « Laudato si’». Cette dernière se situait au niveau cosmique et de toute la réalité créée de notre maison commune. « Fratelli tutti » nous dit maintenant comment vivre dans cette maison commune, avec un regard plus particulier sur les frères et sœurs, c’est-à-dire sur les enfants de Dieu, sur les créatures créées à l’image de Dieu. Donc, « Laudato si’ » concernait toute la création et « Frattelli tutti » se concentre sur la création de l’homme et de la femme qui doivent vivre dans cette maison commune.

Le Pape a voulu consacrer cette encyclique à la fraternité et à l’amitié sociale. Ce sont des valeurs typiquement africaines aussi ?

Ce sont des valeurs très africaines. C’est une encyclique qui décrit, avec une exactitude, les ombres desquelles nous devons sortir, fait un nouveau commentaire éclairé de la parabole du bon Samaritain, nous appelle à nous ouvrir à tout étranger, car nous sommes tous étranger sur la terre, et nous invite aller à la rencontre de l’autre qui est étranger, pour penser et gérer un monde qui n’est plus enfermé mais ouvert, avec un cœur ouvert. C’est la meilleure politique que le Pape veut nous insuffler. Et, comme il le dit lui-même, il nous faut un dialogue et une amitié franche pour qu’ensemble, nous puissions parcourir le chemin qui nous est tracé. En Afrique, nous sommes très religieux et le Pape voudrait que les religions se mettent au service de cette fraternité universelle. C’est vraiment une encyclique qui vient à point nommé pour l’humanité, en général, et pour l’Afrique, en particulier.

Le Pape parle de la charité qui a besoin de la lumière de la vérité, sans relativisme. Qu’en pensez-vous ?

La charité dans la vérité veut dire que « est ce qui est », « n’est pas ce qui n’est pas ». C’est dans cette reconnaissance de la vérité que nous pouvons bâtir. Car, si nous bâtissons sur le mensonge, nous ne pouvons pas bâtir, parce que nous bâtirons ce qui n’est pas. Parce que le mensonge véhicule des choses qui ne sont pas ou que l’on voudrait faire croire.  La charité dans la vérité constitue aussi une manière de bâtir sur le Christ car ce dernier est la vérité. Sans ce chemin de vérité, nous allons nous embourber. « Fratelli tutti » est une encyclique qui nous propose l’évangile avec de nouveaux termes, car avec le Christ, par le Christ et comme le Christ nous devrions emboîter le pas.

La fraternité et l’amitié sociale requièrent aussi quelques principes. Quels sont ces principes concrètement, en référence à cette encyclique ? Et le chapitre premier parle des ombres d’un monde fermé. Au Gabon, existe-t-il également des ombres qui empêchent de vivre la fraternité et l’amitié sociale ?

Depuis un certain temps au Gabon, les ombres se font davantage épaisses, à cause du contexte social que nous vivons. Et, malheureusement, comme le dit le Pape, une pandémie est encore venue donner le coup de grâce à nos ombres. Au Gabon, nous avons également les ombres décrites par le Pape : nous avons des pauvres ; des orphelins ; des gens qui ont besoin de liberté, de justice et d’une fraternité ainsi que des gens qui vivent une fraternité déchirée. Avec tous les maux décrits par le Pape, c’est comme si il était venu au Gabon et avait écrit cette encyclique pour le Gabon. L’encyclique a été reçue au Gabon comme elle doit reçue dans d’autres pays. Et, pour nous en Afrique, c’est une encyclique qu’on doit s’approprier, et particulièrement au Gabon. Le Pape nous dit, par exemple, que l’on doit avoir la culture du dialogue comme chemin. Depuis un temps, dans le monde en général, et au Gabon en particulier, on parle, assez souvent, de l’opposition et du pouvoir, comme si ce n’était pas des frères ensemble qui doivent dialoguer. Bien sûr, l’opposition rejette le pouvoir et le pouvoir rejette l’opposition. Il faudrait que l’on sorte dette dialectique qui nous oppose, pour que nous embrassions le chemin du dialogue, comme le propose le Pape. Mais, attention, un dialogue dans la vérité, comme il nous l’a rappelé. C’est seulement à ce prix-là, comme le dit le Pape, que nous pourrons avoir une collaboration commune comme conduite.

Le Pape nous invite également à cultiver la bienveillance pour combattre notamment les ombres d’un monde fermé. Puisque, pour le Pape, la bienveillance désarme même la cruauté. Que peut apporter l’encyclique du Pape dans votre contexte bien précis ?

Rien que le titre devrait déjà peser fort et lourd pour le Gabon. Parce que, dit autrement, « Fratelli tutii » signifie « tous ensemble ». Cela veut dire que nous devons bâtir tous ensemble la société gabonaise, sans exclure les uns et sans privilégier les autres. Dans le contexte du Gabon, nous avons des ombres et des fermetures. Actuellement, par exemple, les lieux de culte sont fermés, alors que ce sont ces lieux qui doivent s’ouvrir pour que nous puissions en appeler ensemble à Dieu, intercéder pour les vivants, pour les morts et pour nous-mêmes pour un monde meilleur. Mais, cela a été fait de manière unilatérale, sans dialogue, même si les raisons peuvent se comprendre car ça s’est fait dans toute l’humanité. Si nous nous approprions cette encyclique, nous pouvons réellement sortir de cette dichotomie qui consiste à diviser des frères. Parce que la politique a même pu diviser des frères d’une même famille, alors que cette division n’a pas lieu d’être. Nous avons également au Gabon le problème des frontières dont parle le Pape. Quand ce dernier parle de l’illusion de la communication, avec une agressivité sans peur, et d’une information sans sagesse. Il y a également la destruction de l’estime de l’autre. Ce sont également des maux que nous avons au Gabon et dont nous devons nous sortir, à la lumière de cette encyclique. Dans un avenir proche ou lointain, nous devrions nous mettre, réellement et sincèrement, à l’étude, à la divulgation et à la propagation de cette encyclique pour que nous en fassions presque notre livre de chevet. Parce que cette encyclique aborde la plupart des problèmes que nous vivons au Gabon. Puisse cette encyclique trouver un bon accueil au niveau de l’Afrique. Comme vous l’avez peut-être remarqué, le Pape cite Martin Luther King, Desmond Tutu, Mahatma Gandhi, Charles de Foucauld. Martin Luther King est d’origine africaine, Desmond Tutu est en Afrique et Charles de Foucauld a vécu cette fraternité en Afrique. Donc, sans instrumentaliser l’encyclique, nous pouvons dire que cette dernière est vraiment bienvenue pour l’Afrique. En outre, le Pape a osé rappeler la condamnation de l’esclavage, parce que ça ne respecte pas la fraternité. Ce n’est pas pour des revendications, mais pour rappeler que c’était un passage peu glorieux pour l’humanité et la fraternité. Que Dieu bénisse le Pape et lui accorde longue vie, pour qu’il continue à nous nourrir spirituellement et avec son engagement auprès des périphériques, comme il les appelle. Et des périphéries de toutes sortes avec cette ouverture à l’autre, pour qu’ensemble, nous puissions nous acheminer vers le ciel.

*Twitter : @JPBodjoko E-mail : jeanpierre.bodjoko@spc.va

Mgr Madega Lebouakehan au micro de Jean-Pierre Bodjoko, SJ
13 octobre 2020, 21:25