Recherche

Vatican News

Côte d’Ivoire : le Centre Lasallien Africain d’Abidjan ouvre l’année académique 2020-2021

L’année académique du Centre Lasallien Africain d’Abidjan (Celaf-Institut) est placée autour du thème : « Se construire comme éducateur, articulation du regard sur le monde et du retour sur soi ».

Jean-Pierre Bodjoko, SJ* (avec Marcel Ariston Blé, Abidjan/Côte d’Ivoire) – Cité du Vatican

L’année académique 2020-2021 du Centre Lasallien Africain à Abidjan Cocody s’est ouverte le vendredi 9 octobre 2020 autour du thème : « Se construire comme éducateur, articulation du regard sur le monde et du retour sur soi ». La messe solennelle d’ouverture a été présidée par le père Paul Zikpi, directeur de la recherche et des publications de  l’Institut catholique missionnaire d’Abidjan (ICMA).

Partant du thème choisi pour cette année académique, qui met un accent particulier sur la construction de l’homme, le célébrant a exhorté, en premier lieu, la communauté éducative à « savoir distinguer ce qui plait à Dieu ». Un exercice pas aisé, selon lui, dans le monde où nous vivons, « un monde complexe toujours en mutation où valeurs et non valeurs s’entremêlent »  

Religion du cœur habité par Dieu

Face à ce constat, a fait savoir le père Zikpi, la formation qui se donne et qui se reçoit dans les instituts catholiques n’a pas d’autres objectifs que d’éclairer la conscience pour un discernement vrai des vraies valeurs. Et ces valeurs à transmettre aux autres, pour lui, doivent passer « par le renouvèlement du cœur et de la pensée et des actions selon la perspective de Dieu ».

Contre une religion de l’extériorité, de l’exhibitionnisme, de l’ostentatoire et du sensationnel, de plus en plus visible, dans nos sociétés, le directeur de la recherche et des publications de l’ICMA a invité les membres de la communauté éducative du Celaf-Institut à les « opposer par la religion du cœur habité par Dieu pour étendre le règne de Dieu en nous-mêmes et autour de nous ».

Prenant la parole lors de la série des allocutions, à la fin de la messe, le père Sévérin Lath, président des conférences des Supérieur(e)s Majeur(e)s de Côte d’Ivoire, a souhaité une très bonne année académique au personnel éducatif, auxiliaire et aux étudiants. Il les a surtout invités à ne pas être de ceux qui tirent le Celaf vers le bas. « Dans la construction que vous aurez à faire cette année, il peut y avoir des tentations de tricherie. Faites tout pour l’éviter parce que c’est vous qui serez les responsables de la vie consacrée demain », a fait savoir le père Lath.

La formation de l’éducateur chrétien

Clôturant cette série d’allocutions, le père Valère Adonssou, directeur général du Celaf-Institut, a fait part de leur désir de vivre l’année académique 2020-2021 en puisant dans la signification du thème retenu.

Par ailleurs, le père Adonssou a appelé toute la communauté éducative à regarder ce monde selon une double posture : « celle de la verticalité qui nous engage, quelque soit notre obédience confessionnelle, comme l’exprime saint Jean Baptiste à n’envisager rien que par les yeux de foi, à ne rien faire que dans la vue de Dieu, à attribuer tout à Dieu et ainsi être à la bonne école du Christ venu dans le monde non pas pour faire sa volonté , et ni rien par lui-même, mais ce que veut son Père. La seconde posture, nourrie et fécondée par la première, qui nous fait passer d’agent à auteur ou des auteurs qui soient de vrais agents et acteurs… pour être témoins dans le dire, le faire et dans les relations », a-t-il souhaité.

Le CELAF est un institut d’enseignement supérieur privé qui a pour objectif la formation de l’éducateur chrétien dans un contexte africain d’évangélisation et de développement. Il compte en son sein trois filières académiques : un  institut supérieur des sciences pédagogiques et religieuses (ISSPR) ; un institut des sciences de vie religieuse (ISVR) et le Centre d’animation et de formation pédagogique  pour la formation des enseignants de l’enseignement primaire.

Pour cette année académique 2020-2021, environ 230 étudiants, issus de 16 pays, venant des quatre coins du monde, sont inscrits au CELAF-INSTITUT d’Abidjan.

*Twitter : @JPBodjoko E-mail : jeanpierre.bodjoko@spc.va

14 octobre 2020, 17:48