Recherche

Vatican News
Basilique Notre-Dame de la Paix de Yamoussoukro/Côte d’Ivoire Basilique Notre-Dame de la Paix de Yamoussoukro/Côte d’Ivoire 

Côte d’Ivoire : La célébration du 30ème anniversaire de la basilique de Yamoussoukro retardée par la Covid-19

Le 10 septembre 2020, cela faisait 30 ans, jour pour jour, que la basilique Notre-Dame de la Paix de Yamoussoukro avait été consacrée par le Saint Pape Jean Paul II, en présence de l’initiateur cet église, le premier président ivoirien Félix Houphouët Boigny. La célébration de cet anniversaire a été reporté en 2021par le Conseil d’administration de la Basilique, à la suite de la pandémie du coronavirus.

Jean-Pierre Bodjoko, SJ* (avec Marcel Ariston Blé) – Cité du Vatican

Mgr Alexis Touabli, évêque d’Agboville et administrateur apostolique du diocèse de Yamoussoukro, parlant de cet anniversaire, a indiqué que ces trente ans d’existence physique de la basilique Notre-Dame de la Paix représentent 30 ans de grâces et de bénédictions.

Durant tout ce temps, a-t-il affirmé, si notre pays, qui a connu des turbulences et des crises, tient encore débout, Notre-Dame de la Paix y est pour quelque chose. Entre Marie et la Côte d’Ivoire, il y a un lien particulier symbolisé par cette Basilique …Ce sont 30 années toutes particulières depuis que la Vierge Marie couvre le pays de son manteau.

Pour ce faire, l’un de ses vœux de Mgr Touabli, à l’occasion de cette journée commémorative, est le défi de la paix qui s’impose à tous les Ivoiriens. « Nous ne pouvons pas avoir au cœur de notre pays cet édifice symbole de paix et nous entredéchirer dans des conflits inutiles. Cette basilique, par sa présence sur notre terre, nous lance le défi de la paix et la paix est possible. Si nous le voulons, nous pouvons vivre en paix. Nous célébrons Notre-Dame de la Paix et nous devons donc être aussi des artisans de paix », a insisté Mgr Touabli.

Action de grâce au Seigneur

Pour sa part, le père Franck Allatin, recteur de la basilique Notre-Dame de la paix de Yamoussoukro, a fait savoir que ce jubilé de perle est une action de grâce au Seigneur pour avoir inspiré au donateur la construction de cet édifice pour la Gloire de Dieu et pour le rapprochement entre les Ivoiriens et les nations environnantes.

Parlant de 30 ans d’existence de cet édifice religieux, le père Allatin a affirmé que  « la Basilique a accusé le poids des années ». Un constat qui, selon lui, oblige l’institution  à penser à sa rénovation. « Il n’y a pas à se poser des questions sur sa rénovation, et cette rénovation ne peut se faire de façon générale. Il faut que cela se fasse de manière graduelle, en commençant par les aspects les plus importants qui sont, par exemple, la question de l’étanchéité de la basilique qui affecte l’édifice et les bâtiments annexes. Il y a besoin constant de rendre la Basilique attractive, a indiqué le père Allatin.

Appropriation de l’édifice par les Ivoiriens 

Pour ce dernier, l’appropriation de la basilique par les Ivoiriens constitue l’un des défis majeurs. « Il est temps que les Ivoiriens (les personnes de l’Eglise et les structures étatiques) s’impliquent et s’investissent dans le projet de réalisation, de construction de la Basilique qui transcende l’édifice lui-même, parce qu’au-delà de la Basilique comme édifice, pour le président Houphouët, il s’agissait de construire un type d’Ivoiriens et, d’Africains qui n’a aucun complexe vis-à-vis de l’extérieur. Il faut qu’on puisse en prendre soin. Il ne faut pas attendre que les personnes viennent de l’extérieur pour la prendre en charge. C’est notre responsabilité comme fils de ce pays », a exhorté le père Recteur de la basilique Notre-Dame de la Paix de Yamoussoukro. 

Le père Allatin compte également s’appuyer sur les investissements pour insuffler un certain dynamisme à l’institution, notamment par la création d’autres structures comme un centre d’accueil ou un centre de loisir pour les pèlerins et les touristes.

Deux missions principales

Deux missions principales sont dévolues à la basilique Notre-Dame de la Paix de Yamoussoukro : la première, la mission de prière pour la paix et la seconde est touristique.

A ce sujet, le recteur de la basilique a fait savoir que, comme toute institution, en ce temps de Covid-19, la basilique a largement payé un lourd tribut du fait de cette crise sanitaire. « Nous avons vu le nombre de pèlerins et de  touristes baisser drastiquement. Donc, l’impact est à la fois pastoral et économique. C’est important à souligner, car c’est ce qui explique en partie le report de la célébration du trentenaire en 2021. Mais, on peut se réjouir du fait qu’après la levée du confinement, les Ivoiriens principalement sont revenus nombreux et dans le strict respect des gestes barrières contre cette pandémie  »,  s’est réjouis le père Allatin. 

Selon les statistiques,  en 2019,  près de 300.000 personnes ont visité la basilique Notre-Dame de la Paix de Yamoussoukro. Ce dernier est l’un des édifices religieux catholiques les plus grands au monde,  avec une capacité d’accueil de 18.000 fidèles, dont 7.000 places assises. Cette basilique de Yamoussoukro est un don du père fondateur de la Côte d’Ivoire, Félix Houphouët Boigny et a été consacré par le saint Pape Jean Paul II le 10 septembre 1990.  La gestion de la pastorale est assurée par les Pères de la Société de l'Apostolat Catholique,  couramment appelés Pères Pallotins.

*Twitter : @JPBodjoko E-mail : jeanpierre.bodjoko@spc.va

12 septembre 2020, 15:27