Recherche

Vatican News
2020.05.23 Gesuiti africani

Afrique : Les jésuites africains dans la lutte contre la Covid-19

Dans un message publié le vendredi 15 mai 2020, les jésuites d'Afrique et de Madagascar ont exprimé leurs préoccupations concernant le niveau de pauvreté sur le continent en le qualifiant « d'injustice ».

Camille Mukoso, SJ (avec JCAM) – Cité du Vatican

Les jésuites d'Afrique et de Madagascar ont levé l’option de travailler ensemble pour accélérer le soutien social aux pauvres au milieu de la pandémie de la Covid-19. Ils se sont également adressés à diverses entités pour relever le défi qu’impose la crise sanitaire actuelle sur le continent. Selon eux, face à une crise sanitaire provoquée par le nouveau coronavirus, il est nécessaire que soient garantis des systèmes de protection sociale pour les pauvres afin de s’assurer qu'ils ont accès aux nécessités de base, telles que l'eau, le logement et la nourriture. A cet égard, les jésuites se disent préoccupés par le fait que dans de nombreux pays africains, ces systèmes restent limités et auront besoin d'une mise à niveau importante pour répondre à la pandémie du nouveau coronavirus.

L’option préférentielle pour les pauvres

Par ailleurs, les fils de Saint Ignace estiment qu’il convient de faire de l’engagement aux personnes défavorisées une option préférentielle, car les effets néfastes de la Covid-19 privent plusieurs personnes d’accès aux besoins de base. A ce propos, les jésuites rappellent aux gouvernements africains qu’imposer aux pauvres et aux démunis la distanciation sociale sans leur fournir des alternatives pour accéder à la nourriture et au logement, est un grave manque de préoccupation pour les personnes vulnérables et les pauvres et que cela ne peut parvenir à les protéger.

L’intérêt porté sur les personnes vulnérables

A en croire le Père Agbonkhianmeghe Orobator, président de la Conférence jésuite d'Afrique et de Madagascar (JCAM), les jésuites ainsi que leurs collaborateurs à travers l'Afrique tendent la main aux personnes vulnérables en réponse aux conseils évangéliques qui demandent de faire preuve de compassion, de nourrir les affamés, d’abriter les sans-abris et de vêtir les pauvres, indépendamment de leur race, religion ou culture. Actuellement, signale le Père Orobator, tout en collaborant avec d'autres réseaux jésuites à travers le continent, les efforts des jésuites en Afrique et Madagascar pour aider les personnes vulnérables pendant la pandémie dans au moins 25 pays atteindront quelque 24.264 familles dans les zones urbaines et périurbaines. Ces efforts accordent la priorité aux personnes âgées, aux enfants, aux ménages monoparentaux, aux réfugiés et aux migrants tout comme aux personnes vivant avec des problèmes de santé chroniques, qui sont les plus vulnérables aux effets de la Covid-19. Le but de ces interventions est de réduire l’impact de la Covid-19 sur les pauvres et sur les vulnérables, a déclaré le père Orobator. Il a également noté que si les jésuites se soucient de nourrir les affamés, ils sont également préoccupés par l'injustice structurelle et les disparités qui conduisent à la pauvreté et à la faim. « Nous ne nous contentons pas de donner du pain aux affamés, nous nous soucions de savoir pourquoi les affamés ont faim », a-t-il précisé.

Alarmes d’autres supérieurs provinciaux

Dans la même foulée, le supérieur provincial des jésuites du Zimbabwe et du Mozambique, le père Chiedza Chimhanda, a déploré la répartition inégale des ressources excédentaires du continent. « En tant que jésuites, nous souhaitons exhorter tous les gouvernements africains à prendre des mesures pour remédier aux inégalités et à la pauvreté afin que chaque Africain soit en mesure de renforcer sa résilience face à toute menace comme celle de la Covid-19 », a-t-il ajouté. À Lagos, au Nigéria, le père Chukwuyenum Afiawari, supérieur jésuite de la Province de l'Afrique du Nord-Ouest, a déploré le fait que dans la plupart des établissements urbains, de nombreuses personnes qui travaillent quotidiennement dans le secteur informel ont été envoyées en congé sans aucun salaire pouvant assurer leurs besoins primaires.  

Dans les périphéries existentielles

Les jésuites en Afrique servent dans 34 des 46 pays subsahariens qui abritent les plus grands bidonvilles du continent et certaines des populations les plus pauvres, où la plupart des familles doit vivre au jour le jour. Les points d'accès à l'eau sont difficiles à trouver et sont encore plus difficiles à atteindre lorsque des restrictions de circulation sont en place dans l'espoir d'empêcher la propagation du nouveau coronavirus. Les jésuites ont ainsi appelé l'Union africaine, les gouvernements africains et la communauté internationale à remédier à l'injustice de la pauvreté et à ses causes structurelles pour réussir à contenir les crises comme la Covid-19.

La Conférence jésuite d'Afrique et de Madagascar (JCAM) est l'unité de coordination des engagements apostoliques communs pour les jésuites en Afrique. Le secrétariat de la JCAM est à Nairobi, au Kenya.

24 mai 2020, 20:40