Recherche

Vatican News
Prof Dr Sandrine Mubenga Ngalula, enseignante à l’Université de Toledo, USA (Crédit ph. : Dan Miller, university of Toledo) Prof Dr Sandrine Mubenga Ngalula, enseignante à l’Université de Toledo, USA (Crédit ph. : Dan Miller, university of Toledo) 

RD Congo : Prof Sandrine Mubenga engagée contre le Covid-19

Professeur Dr Sandrine Ngalula Mubenga. C’est l’ingénieure congolaise bien connue qui compte apporter à la crise sanitaire mondiale actuelle une solution technique en inventant les respirateurs, made in RD Congo, pour venir en aide aux personnes admises en soins intensifs.

Jean-Pierre Bodjoko, SJ – Cité du Vatican

La propagation du nouveau coronavirus sur le sol africain met le continent à rude épreuve. Aux dires de certains experts, les Africains devraient faire front commun pour être plus agressifs dans la lutte contre le nouveau coronavirus. Mais, la crise sanitaire actuelle dévoile, à bien y penser, un problème technique de taille : les respirateurs.  C’est le défi que l’ingénieure congolaise Sandrine Ngalula Mubenga se propose de relever, en collaboration avec l’Université Loyola du Congo, une université Jésuite en République démocratique du Congo.

A la découverte du Dr Sandrine Mubenga

Professeur et docteur en génie électrique et spécialiste en énergie renouvelable, système photovoltaïque à l’université de Toledo aux USA, Sandrine Mubenga est originaire de la République démocratique du Congo. Elle est la fondatrice et directrice de SMIN Power Group, une société qui fournit de l’électricité, à un prix abordable, aux communautés utilisant des énergies renouvelables (solaire, piles à combustible, biomasse, éolien, etc.). Spécialisée en design et installation des dispositifs d’énergie renouvelable, le SMIN Power Group est basé aux États-Unis et en République démocratique du Congo depuis 2011. L’objectif principal de cette société est de fournir de l’énergie solaire aux endroits mal desservis et éloignés.

La savante congolaise est également promotrice de plusieurs œuvres. C’est le cas avec le STEM DRC Initiative, une organisation sans but lucratif qui fait la promotion de l’enseignement, de l’entreprenariat et de la recherche en mathématiques, en sciences et en génie en République démocratique du Congo,  dans la diaspora, aux États-Unis et dans le monde.

Une solution technique au problème sanitaire

Touchée par la situation sanitaire dans le monde, particulièrement dans son pays, la savante congolaise entend fabriquer en République démocratique du Congo des respirateurs pour venir en aide aux personnes admises en soins intensifs. L’initiative est née d’un constat amer : son pays ne disposerait que de 60 respirateurs pour 80 millions d’habitants. Le projet étant mis en place, la réalisation devrait attendre encore pour voir le jour. La raison évoquée est simple. Le professeur Mubenga estime qu’au-delà de l’urgence humanitaire que représente la pandémie du nouveau coronavirus, il faudrait passer au peigne fin tous les plans techniques de ce projet, examinant ainsi s’il est adapté en République démocratique du Congo. A l’en croire, il est encore prématuré d’envisager la mise au point de cette invention. Une chose est sûre, cependant : elle et son équipe travaillent pour mettre en place une technologie pouvant sauver des vies humaines.

Mubenga et la voiture hybride : Une invention intelligente et écologique

Sandrine Mubenga n’est pas seulement l’initiatrice de l’idée de génie pour sauver des vies humaines en cette période de crise humanitaire. Dans le monde scientifique, elle est surtout connue pour avoir inventé, en 2009, une voiture électrique hybride en vue de combattre le changement climatique. Son invention est en réalité un système qui permet aux voitures électriques de rouler avec de l’hydrogène, en y intégrant une pile à combustible à hydrogène.  Plus concrètement, la voiture hydride de l’ingénieure Mubenga fonctionne avec l’utilisation de l’hydrogène comme carburant et le courant direct.

Le mérite de son projet

Le mérite de son invention, explique-t-elle, est d’avoir augmenté la distance que parcourt une voiture électrique en utilisant une énergie propre. La pile à combustible qu’elle a intégrée pour y parvenir combine l’hydrogène avec l’oxygène pour ne laisser que l’eau comme déchets et supprimer, pour ainsi dire, le gaz à effet de serre produit notamment dans le domaine du transport.

Une invention de plus pour «pollution zéro»

La mise en place de cette invention a permis à l’inventrice congolaise de concevoir un design d’une station génératrice d’hydrogène avec pompe à hydrogène. La station est constituée d’une machine à électrolyse qui prend de l’eau et la décompose en hydrogène et oxygène. La station est alimentée par un système solaire qui produit de l’électricité. La voiture peut donc rouler jusqu’à la station et faire le plein d’hydrogène. Tout le système, des panneaux solaires jusqu’à la voiture, ne produit pas de pollution, pas de gaz carbonique.

Fière de sa formation chez les jésuites

Ancienne élève des Jésuites, Sandrine Mubenga se dit être fière d’avoir bénéficié d’une éducation de qualité qui a bâti en elle un esprit de service, appelant à faire davantage pour être lumière du monde. L’ingénieure congolaise se félicite aujourd’hui de travailler avec ses formateurs d’hier pour mettre en place cette invention en vue de venir en aide aux personnes admises en soins intensifs.

Prof Dr Sandrine Mubenga au micro de Jean-Pierre Bodjoko, SJ
08 avril 2020, 21:31