Recherche

Vatican News
Les évêques kenyans s'adressent aux médias à Nairobi Les évêques kenyans s'adressent aux médias à Nairobi (Photo archive) 

Kenya : Les évêques soutiennent l’interdiction d’un film à thème gay

Les évêques kenyans ont apporté leur soutien à la décision d’interdire un film à thème gay, prise par le Kenya Film Classification Board (KFCB).

Jean-Paul Kamba, SJ – ( avec Aciafrique) Cité du Vatican

« Shubh Mangal Zyada Saavdhan », se traduisant par « Extra prudent du mariage », est le titre du film initialement sorti en Indonésie, le 13 février 2020, et qui est tombé sous le coup de la censure au Kenya. Dans un mélange de comédie et de drame, ce film indien retrace le récit d’une liaison amoureuse entre deux hommes et délivre, sous les apparences de la comédie, un message d’homosexualité.

Une rapide réaction du (KFCB)

Dans un communiqué de presse publié le 21 février 2020, le Bureau de classification des films au Kenya (KFCB), a interdit la diffusion de ce film pour « sa tentative trompeuse et délibérée de normaliser et de légaliser les mariages entre personnes de même sexe ». Le conseil d’administration dudit Bureau, l'a qualifié « d’affront à la Constitution, aux lois et à la culture kenyanes ainsi qu’à la ferme croyance de notre société dans la sacro-sainte institution de la famille ».
Pour rendre sa décision, l’organisme de régulation cinématographique kenyan s’est appuyé, d’une part, sur l’article 45 de la Constitution kenyane qui définit le mariage comme une union entre deux personnes de sexe opposé, interdisant par-là l’homosexualité. D’autre part, il s’est référé à la section 165 du code pénal kenyan qui interdit également l’homosexualité. De plus, le Bureau de classification estime inacceptable le fait que le film tente d’initier les enfants à l’homosexualité en montrant l’adaptation de jeux de chant pour enfants en chansons à thème gay dans le but d’endoctriner les jeunes esprits impressionnables au vice.

Une vigilance à féliciter

Les évêques kenyans ont, dès lors, salué la clairvoyance du conseil d’administration du Bureau de classification des films, pour avoir contré les tentatives de corrompre l’esprit des jeunes à travers des films et des vidéos. Pour le président de la Conférence des évêques catholiques du Kenya, Mgr Philip Anyolo, archevêque de Kisumu, l’initiative est louable en raison de sa lutte contre l’homosexualité qui ne va nulle part dans le sens de la création humaine, mais qui s’écarte de ce qu’est réellement l’humanité.
Le but de l’homme et de la femme que Dieu a créés n’est pas dans l’homosexualité, a-t-il soutenu ajoutant que cette dernière était « une distorsion de la vie humaine et plus elle est bloquée, mieux c’est ».
Pour sa part, le président de la Commission pour la communication sociale de la Conférence des évêques catholiques du Kenya, Mgr Joseph Obanyi, s’est dit « totalement d’accord avec les restrictions imposées au film à connotation homosexuelle ».

Une sanction exemplaire aux récalcitrants

La diffusion du film étant interdite sur l’ensemble du territoire kenyan, le Bureau de classification des films au (Kenya) a mis en garde contre « toute tentative de distribution, de diffusion, d’exposition ou de possession de ce matériel » promettant une sanction à l’égard des récalcitrants. « Tout distributeur ou exposant licencié par la Commission verra sa licence révoquée s’il est trouvé en infraction », a déclaré l’organisme de censure.

 

25 février 2020, 10:54