Recherche

Vatican News
Professeur Josaphat Ndelo-Di-Phanzu, toxicologue, enseignant et chercheur à l’Université de Kinshasa/RD Congo (Ph. : JP Bodjoko, SJ/Vaticannews) Professeur Josaphat Ndelo-Di-Phanzu, toxicologue, enseignant et chercheur à l’Université de Kinshasa/RD Congo (Ph. : JP Bodjoko, SJ/Vaticannews) 

Santé : Le Prof Ndelo fait avancer les recherches sur H. Pylori

L’infection à Helicobacter pylori (ou H. pylori) est la cause la plus fréquente de gastrite, d’ulcère gastroduodénal et de l’intoxication dans le monde. Le Professeur Josaphat Ndelo-Di-Phanzu, toxicologue, originaire de la République démocratique du Congo, enseignant et chercheur à l’Université de Kinshasa, décrit son apport scientifique dans la maîtrise de cette bactérie.

Jean-Pierre Bodjoko, SJ – Envoyé spécial à Kinshasa

Découverte en 1875 par des scientifiques allemands, puis redécouverte accidentellement en 1982 par deux chercheurs australiens, J. Robin Warren (pathologiste) et Barry J. Marshall, l’Helicobacter pylori est un agent pathogène responsable de gastrites, d’ulcères gastroduodénaux, d’adénocarcinomes gastriques, etc. Le Professeur Ndelo présente H. pylori comme une bactérie avec des hélices. Ces hélices lui permettent d’avancer dans la muqueuse gastrique. C’est une bactérie qui a élu domicile dans l’estomac contrairement à tous les autres microbes qui sont dans l’intestin. Elle réside dans l’estomac au niveau du pylore et c’est pour cela qu’on l’appelle Helicobacter pylori.

Capacité de vivre dans un environnement acide

Helicobacter pylori, précise le Prof. Ndelo, peut survivre en présence d’acide parce qu’elle a la possibilité de fabriquer deux produits qui lui permettent d’être à l’aise dans l’estomac : l’ammoniaque et le gaz carbonique. « Au cours de nos travaux de recherche, nous avons réalisé que H. pylori est une anaérobique, alors que l’on pensait le contraire auparavant. Le gaz carbonique que cette bactérie produit lui permet donc de garantir l’anaérobiose dont elle a besoin au niveau de l’estomac pour survivre », soutient le Prof. Ndelo.

Les maux provoqués par H. pylori

L’ammoniaque et le gaz carbonique produits par H. pylori sont très caustiques, selon le chercheur congolais. Ils vont donc agir sur la paroi du pylore de l’estomac et y provoquer des brûlures: c’est ça la gastrite. Et quand ces brulures se prolongent, elles provoquent l’ulcère. Et à la suite d’une forte inflammation provoquée par l’ammoniaque et le gaz carbonique, il peut aussi y avoir un développement de cancer gastrique chez un 1% des personnes.

La présence asymptomatique de H. pylori et apport du Prof. Ndelo

Le Prof. Ndelo fait remarquer que 80 % des personnes qui ont Helicobacter pylori ne sentent absolument rien ; elles ne le savent même pas. Aucun symptôme, aucun mal de ventre, aucun mal d’estomac. Au cours de ses recherches débutées en 1990, il a découvert que le comportement de Helicobacter pylori dépend de l’environnement du tube digestif. Et tout dépend par la suite d’un facteur très important : l’oxygène. Cette bactérie n’aime pas l’oxygène. Lorsqu’il y a beaucoup d’oxygène au niveau du tube digestif, H. pylori ne peut pas rester au niveau de la lumière gastrique. Il va aller se cacher dans la muqueuse gastrique et y rester pour se protéger. Et lorsque la quantité d’oxygène diminue au niveau du tube digestif, elle sort alors et vient au niveau du pylore. Lorsque la quantité va continuer à diminuer, soutient le Prof. Ndelo, cette bactérie va quitter le pylore pour s’installer vers le dessus de l’estomac. En ce moment, elle a besoin d’une plus grande quantité d’ammoniaque et de gaz carbonique. C’est alors qu’elle va provoquer l’intoxication. « Il y a donc le passage d’infection à Helicobacter pylori à l’intoxication à Helicobacter pylori », indique-t-il, précisant que l’ammoniaque et le gaz carbonique, qui restent sous forme de gaz à tout moment, vont maintenant passer dans le sang. Le gaz de la constipation n’allant pas vers le bas, il montera par l’œsophage avant d’arriver, en passant par le poumon, au niveau de la gorge où se trouve le larynx. Et à ce niveau la maladie n’est plus asymptomatique. Et c’est un apport important et exceptionnel du Prof. Ndelo dans la compréhension de Helicobacter pylori. « Nous devons, nous chercheurs, apprendre à pouvoir lutter contre les deux protecteurs de la bactérie : l’ammoniaque gazeuse et le gaz carbonique », lance-t-il.

Comment découvrir H. pylori ?

Pour le Prof. Ndelo, le seul réservoir connu de cette bactérie, c’est l’estomac humain où elle peut même se retrouver depuis l’enfance. Il y a des techniques pour la diagnostiquer et il n’y a que le corps médical qui peut le faire. On peut la détecter soit par la sérologie où on va chercher les anticorps dans le sang, ou on cherche les antigènes dans les selles. On peut faire même le test respiratoire.

Helicobacter pylori se transmet-elle ?

Le Prof. Ndelo est affirmatif : « Pour le moment la transmission de cette bactérie n’est pas totalement connue mais elle est réelle. Dernièrement j’ai participé à un congrès à Rome et là j'ai rencontré des chercheurs mexicains qui m’ont dit qu’ils ont retrouvé Helicobacter pylori dans la dent. Donc, après l’éradication d’ Helicobacter pylori, il peut y avoir réinfection. Et c’est ce qui complique la maîtrise de cette bactérie ».

Traitement

Le Prof. Ndelo, à travers ses recherches a mis au point un produit (en comprimés), à partir d’une plante, qu’il est en train de tester maintenant pour combattre l’Helicobacter pylori. Le chercheur congolais précise que le traitement doit se faire à deux niveaux : Au niveau du tube digestif (gastrite) et au niveau du sang (pour l’intoxication). Le seul traitement de la gastrite (niveau digestif) n’étant pas suffisant, il faut aussi chercher à éliminer l’ammoniaque et le gaz carbonique qui sont passés dans le sang (intoxication) par des antidotes notamment le charbon activé. Le Professeur et chercheur congolais ne manque pas de conseils : Prendre conscience que cette bactérie (H. pylori) est virulente ;  savoir qu’en plus de l’infection à Helicobacter pylori il y a l’intoxication à Helicobacter pylori ; savoir que Helicobacter pylori est une bactérie très intelligente qui sait comment se protéger et elle se protège principalement grâce à ses toxines qui sont : l’ammoniaque gazeuse et le gaz carbonique.

Pour plus d’informations : Professeur Josaphat Ndelo-Di-Phanzu :  e-mail : jos_ndelo@yahoo.fr ou ndelojosaphat51@gmail.com Tél : +243810265700

L’entretien du Prof Josaphat Ndelo avec Jean-Pierre Bodjoko, SJ
14 janvier 2020, 16:58