Recherche

Vatican News
Côte d’Ivoire : Cérémonie d'ordinations diaconales Abidjan Côte d’Ivoire : Cérémonie d'ordinations diaconales Abidjan  

Côte d’Ivoire : Ordinations diaconales dans l’archidiocèse d’Abidjan

En ordonnant diacres ses 13 grands séminaristes, le Cardinal Kutwa les a exhortés à accomplir leur diaconat dans la charité, la fidélité à l’Evangile et la prière.

Françoise Niamien (avec Marcel Ariston Blé) Cité du Vatican

Le Cardinal Jean-Pierre Kutwa a présidé la cérémonie d’ordinations diaconales le samedi 21 décembre 2019 en la paroisse Saint Ambroise du Jubilé de Cocody Angré, une paroisse qu’il a lui-même consacrée le 30 novembre 2019.
Dans son homélie, il a d’emblée rendu grâce à Dieu « pour les serviteurs qu’il nous donne et qui, configurés au Christ par l’onction sont appelés à le rendre présent à leurs frères et sœurs ».

L’ordination pas comme un mérite, mais une responsabilité à assumer

S’il soutient que ces ordinations sont un cadeau de Dieu, l’archevêque d’Abidjan a cependant invité les ordinands à ne pas les confondre avec une certaine mentalité qui peut y voir comme une récompense de leurs mérites personnels, mais plutôt avant tout « comme une responsabilité qui leur est conférée dans le monde de ce temps ».
S’appuyant ensuite sur la parabole des talents proposée par l’Evangile du jour, le Cardinal Kutwa a exhorté les ordinands à ne pas avoir peur de prendre des risques avec les biens que leur confie le Maître en correspondant toujours davantage au plan de Dieu.
Accomplir la fonction de diacre avec charité et simplicité de cœur
Poursuivant son homélie, le Cardinal Jean-Pierre Kutwa s’est fait insistant sur la charité. Cette charité qui selon lui rime avec « la simplicité de cœur et qui s’oppose à l’orgueil du parvenu, est importante dans un monde où la gratuité devient de plus en plus une denrée rare » a-t-il fait remarquer.
« Je vous exhorte fortement, au moment où vous entrez dans les ordres, à vous exercer à cette charité gratuite à l’image du Christ qui vous a appelés et choisis » leur a- t- il conseillé.
Et l’archevêque métropolitain d’Abidjan de poursuivre : « Que le monde soit corrompu, que le monde ignore ce qu’est la vraie charité, cela doit être pour vous, pour nous les consacrés, un défi ! Je vous y engage » a-t-il martelé.

La fidélité à l’Evangile et à la tradition de l’Eglise

Un autre aspect sur lequel le célébrant a mis l’accent, c’est leur fidélité à l’Evangile. Le cardinal Jean-Pierre Kutwa a exhorté les nouveaux diacres à « garder le mystère de la foi dans une conscience pure », en refusant « d’édulcorer le message de l’évangile par des considérations autres que celles qui nous mettent au diapason des attentes du Christ pour son peuple ». Il n’a pas manqué de leur conseiller de faire du temps de leur diaconie « celui d’une prise de conscience plus accrue de la place qui sera la vôtre dans l’annonce de la Bonne Nouvelle qui porte sur le salut que le Christ offre à notre monde et particulièrement aux pauvres ».

Développer et garder un esprit de prière

Toujours dans son adresse aux ordinands, le Cardinal Kutwa a mis un accent particulier sur l’importance de la prière dans leur fonction de diacre. Paraphrasant l’auteur du livre des proverbes, il les a exhortés en ces termes : « ne gâchez pas vos forces avec les femmes ; le vin n’est pas bon pour les rois ; mais vous, vous devez parler pour défendre ceux qui n’ont pas la parole et pour prendre le parti des laissés pour compte. Parlez en leur faveur : gouvernez avec justice, défendez la cause des pauvres et des malheureux ». Pour le cardinal, cela n’est possible « que si la prière prend toute sa place dans leur vie à commencer par la célébration de la Liturgie des Heures, ce trésor de notre Eglise ! » A ce titre, « le service de la prière sera plus important que tout autre service car c’est Dieu qui doit agir en vous » a-t-il encore fait remarquer.
En les appelant à faire de leur vie au service du Christ, une vie de prière, le cardinal Kutwa leur a fait savoir que « se consacrer à Dieu sans tenir ferme la prière comme un essentiel, c’est courir le risque de s’essouffler et de perdre pied dès les premières épreuves qui ne manqueront pas dans votre parcours ».

 

30 décembre 2019, 15:44