Cerca

Vatican News
Colloque pour les 40 ans du mouvement des jeunes 'Kizito-Anuarite', KA Colloque pour les 40 ans du mouvement des jeunes 'Kizito-Anuarite', KA 

Rd Congo : Réfléchir sur les 40 ans du mouvement des jeunes ‘Groupe KA’ (Kizito-Anuarite)

Le passé, le présent et le futur du groupe Kizito-Anuarite avaient bien besoin d’un colloque. C’est désormais chose faite !

Service Français-Afrique (et Jean-Baptiste Malenge, OMI) – Cité du Vatican

Kizito et Anuarite ont en commun leur martyre et leur sainteté. Les deux chantent la gloire de Dieu au ciel à travers le sang versé pour leur foi, même s’ils ne se sont pas connus sur cette terre. Plusieurs années séparent l’un de l’autre. Kizito est né en 1872 en Ouganda. Il fut jeune page du roi Mwanga II. Il était le plus jeune des 22 martyrs de l’Ouganda tués pour leur foi catholique, le 3 juin 1886. Quant à la Sœur Marie-Clémentine Anuarite Nengapeta, elle vit le jour en 1939 et a été assassinée en 1964 comme martyre de la pureté.

Les deux ne pouvaient pas imaginer qu’ils seraient liés pour être pris ensemble comme des modèles pour les jeunes, dans un mouvement chrétien qui les honore : Le Groupe Kizito-Anuarite.

Colloque pour les quarante ans du mouvement Kizito-Anuarite

D’où vient le groupe Kizito-Anuarite, mouvement d’encadrement d’enfants pour l’Eglise et la société sur le modèle de Kizito, le plus jeune des martyrs de l’Ouganda et de la bienheureuse congolaise Marie-Clémentine Anuarite ? Où en est le groupe aujourd’hui et où veut-il aller après quarante ans d’existence ?

Ces questions ont été au centre du quatrième colloque international de la Fondation Kizito-Anuarite tenu du 16 au 19 juillet 2019 au petit séminaire saint Jean-Marie Vianney de Kinshasa. C’était à l’occasion de la célébration du quarantième anniversaire du mouvement, fondé en 1979 après une nuit de récollection au même endroit, soit le petit séminaire saint Jean-Marie Vianney, par un groupe de huit grands séminaristes de l’archidiocèse de Kinshasa. Le mouvement s’est répandu depuis lors.

Au jubilé des quarante ans, des délégués sont venus notamment de Belgique, d’Angola et des diocèses de Kinshasa, Lubumbashi, Kole, Idiofa, Kenge, Kisantu, Goma, Kisangani et Inongo.

Lors de la messe d’ouverture dans la cathédrale Notre-Dame du Congo, Monseigneur Joseph Moko, évêque d’Idiofa, cofondateur du groupe et aujourd’hui président du Conseil d’administration de la fondation Kizito-Anuarite, en a appelé à la mise à jour de l’intuition du départ, en plaçant Dieu au centre de tout.

Le groupe d’apostolat Kizito-Anuarite vise à emmener les enfants à Jésus, et Jésus aux enfants. Le Père Jean-Paul Munongo l’a aussi souligné dans l’homélie de la messe de clôture présidée par le secrétaire exécutif de la Fondation Kizito-Anuarite, monsieur l’abbé Joseph Ndenda.

Le quatrième colloque a rappelé ainsi, par des conférences, des débats et des travaux en ateliers, que l’initiation Kizito-Anuarite atteint effectivement l’objectif d’accompagner les enfants à bien grandir dans les vertus et dans la foi. Des enfants ont d’ailleurs fait leur témoignage disant comment ils ont changé de comportement et promettant de le rester jusqu’à leur mort.

Genèse du Groupe Kizito-Anuarite

L’histoire de l’Eglise de la République démocratique du Congo a été marquée par une période sombre durant laquelle tous les mouvements des jeunes furent supprimés ou abolis (1972-1973). Il fallait donc trouver des alternatives.

C’est ainsi que dans le diocèse de Kalemie-Kirungu, une catéchiste de la Paroisse Christ-Roi, Marguerite TABU Amisa commença à rassembler des jeunes filles sous les manguiers chaque dimanche pour des jeux, des danses, des formations. Elle demanda ensuite, en 1977, à la Sœur Tina Anthonissen, Sœur Missionnaire de Notre Dame d'Afrique, de lui venir en aide afin de structurer et d’étoffer ces rencontres. La formation fut alors focalisée sur l’éducation chrétienne des jeunes filles. Ainsi est né le Groupe Anuarite qui se propagea dans un premier temps aux autres paroisses du diocèse de Kalemie-Kirungu.

Pari ailleurs, le Père André Thijs, Missionnaire d’Afrique initia un groupe du nom de Kizito, qui au départ était le nom des servants de messe (acolytes) de la Paroisse Mateo de Kifungo.

En plus de leur service pendant les célébrations eucharistiques, ces jeunes commencèrent alors à se réunir chaque mercredi pour préparer l’évangile du dimanche suivant. Et les samedis ils s’adonnaient à de bonnes actions en allant rendre visite aux malades, en allant chercher du bois de chauffage pour les aveugles, les pauvres, les vielles personnes… 

Initiative d’unification : Groupe Kizito-Anuarite (KA) et son ampleur

Huit grands séminaristes de l’archidiocèse de Kinshasa, dans le souci d’encadrer les plus jeunes, (les grands jeunes ayant déjà le groupe dénommé Bilenge ya Mwinda, ou Jeunes de Lumière), lancèrent en 1979 le mouvement Kizito-Anuarite (qui s’écrit aussi ‘Kisito-Anuarite’), en abrégé KA. Ce groupe se répandit alors dans tous les diocèses du pays, et des autres pays africains, et jusque dans d’autres continents où fonctionnent des aumôneries catholiques congolaises.

23 juillet 2019, 11:42