Cerca

Vatican News
Photo Illustration Photo Illustration  

Les femmes en Afrique : maillon fondamental de l’activité missionnaire de l’Eglise

En Afrique, les femmes occupent une place très importante dans l’activité missionnaire de l’Eglise. Alors que le monde célèbre la journée internationale des femmes, nous revenons sur le rôle primordial de la femme catholique en Afrique.

Service Français-Afrique, (avec Fides) - Cité du Vatican
Souvent reléguées au second plan dans l’Eglise, les femmes apportent discrètement leur contribution dans l’activité missionnaire de l’Eglise en Afrique. Beaucoup de femmes sur le continent sont massivement impliquées dans la vie de la société.

Les femmes sont la force et la vitalité des églises d’Afrique

« En Afrique, les femmes demeurent un maillon fondamental dans l’activité missionnaire de l’Eglise. On ne peut pas penser la mission sans une collaboration directe, étroite et effective avec la femme », témoigne le Père Donald Zagore, théologien et missionnaire de la Société des Missions africaines à l’occasion la journée internationale des femmes du 8 mars 2019. Les femmes, dit-il, sont la force et la vitalité des églises d’Afrique. Par leur grand nombre, leur dynamisme et leur constante disponibilité, elles maintiennent en éveil la flamme de la foi, surtout dans les zones les plus reculées. Par elles, la foi se transmet aux enfants qui sont le visage de la génération future de l’Eglise de demain. Pour le Père Zagore, le défi aujourd’hui en Afrique, est de donner beaucoup plus de place aux femmes dans la gestion des affaires ecclésiales. La voix de la femme, poursuit le missionnaire, doit se faire entendre au même titre que la voix de l’homme, parce que l’Eglise n’est pas pour les hommes seulement, mais aussi bien l’Eglise des femmes, surtout en Afrique où nos églises sont à 90% remplies de femmes.

En RD Congo, l’exemple concret de Léonie Kandolo

Membre et porte-parole du CLC, le Comité Laïc de Coordination, en République Démocratique du Congo, Léonie Kandolo est parmi les figures féminines congolaises, qui sont une source d’inspiration pour les nouvelles générations qui manquent aujourd’hui de points de repère. On se souvient que c’est le Comité Laïc de Coordination, CLC, qui a organisé avec succès de nombreuses manifestations pour exiger le respect de la Constitution. Ces manifestations ont conduit à l'organisation des élections de décembre 2018. Avant d’être une activiste des droits humains, Léonie Kandolo se qualifie d’abord comme étant catholique, et à toutes les catholiques elle recommande « un engagement altruiste dans la charité et l'intégrité ». « Nous devons essentiellement être guidées par l'amour, par le bien commun, et savoir que quand on s'engage dans un combat, il faut rester intègre jusqu'au bout, et garder à cœur que la cause pour laquelle on se bat est supérieure à soi-même ».

L’édition 2019 de la journée internationale des femmes 

Cette année, la Journée internationale des femmes met l’accent sur l’innovation par les femmes et les filles, pour les femmes et les filles, au cœur des efforts pour parvenir à l’égalité entre les sexes. « Penser équitablement, bâtir intelligemment, innover pour le changement », est le thème retenu pour cette édition 2019. La Journée internationale des femmes célébrée dans de nombreux pays à travers le monde est une occasion de faire le point sur les luttes et les réalisations passées, et surtout, de préparer l'avenir, et les opportunités qui attendent les futures générations de femmes. La Journée internationale des femmes est apparue dans le contexte des mouvements sociaux au tournant du XXe siècle en Amérique du Nord et en Europe. La Charte des Nations Unies, adoptée en 1945, a été le premier instrument international à affirmer le principe de l'égalité entre les femmes et les hommes.
 

08 mars 2019, 16:42