Cerca

Vatican News
Colloque des conférences épiscopales d'Afrique et Madagascar (Photo illustration) Colloque des conférences épiscopales d'Afrique et Madagascar (Photo illustration) 

Réunion du Groupe de Travail sur les Migrants du SCEAM

Le groupe de travail du Symposium des conférences épiscopales d’Afrique et Madagascar sur les migrants réunit ses membres du 6 au 9 décembre 2018 à Abidjan. L’objectif est de réfléchir sur l’impact des migrations irrégulières et sur le rôle de l’Église en Afrique face à cette question.

Jean-Paul Kamba, SJ, ( avec Marcel Ariston Ble ) – Cité du Vatican

Le Symposium des Conférences Episcopales d’Afrique et de Madagascar SCEAM, une organisation d’Evêques Catholiques d’Afrique et Madagascar s’unit pour trouver ensemble les voies et moyens idoines, afin d’influencer, positivement, diverses questions au sein de l’Église et de la société, tels que la gouvernance, migration, paix, justice et développement.
La rencontre qui a lieu en terre ivoirienne a pour thème : « Sensibilisation des structures de l’Eglise aux défis de la Migration et de la Traite des Etres Humains en Afrique afin de répondre de manière appropriée sur la base de la Théologie de la Mobilité Humaine ».
Au nombre des invités, le père Michael Czerny, sous-secrétaire de la section migrants et refugiés du dicastère pour le service du développement humain intégral au Vatican, qui dit inscrire sa participation à cette rencontre, en prélude à la conférence sur le phénomène migratoire qui se tiendra l’année prochaine en Afrique.


Accueillir, protéger, promouvoir et intégrer

Le but de ce rendez-vous, qui réunit Evêques, prêtres, religieuses et laïcs engagés auprès des migrants, est de renforcer la contribution de l’Eglise, en œuvrant pour la réduction des dangers mieux, des risques de la migration irrégulière et de traite d’êtres humains. Pour parvenir à ce but, des structures ecclésiales sont invitées à conjuguer des efforts, tout en assurant une éventuelle concertation avec les acteurs politiques ou étatiques.
Le président de la Conférence des Evêques Catholiques de Côte d’Ivoire, Mgr Ignace Dogbo Bessi, présent à l’ouverture des travaux, a encouragé les participants dans leur volonté de trouver des réponses pastorales aux défis migratoires. Il leur a indiqué quatre expressions pour nourrir leur périple.
L’Esprit-Saint nous aidera, a-t-il exhorté, à trouver une attitude d’ouverture confiante qui permet de rechercher, à la lumière de la théologie et en nous inspirant des accords mondiaux, les réponses pastorales aux défis migratoires autour des verbes accueillir, protéger, promouvoir et intégrer.

Privilégier la concertation

Pour sa part, le père Mesmin-Prosper Massengo, prêtre de l’archidiocèse de Brazzaville, au Congo, et président du Groupe de Travail sur les Migrants du SCEAM, a souligné qu’une des solutions à la crise migratoire, était notamment la nécessaire concertation entre les différentes Églises de départ, celles de transit comme le Maroc, la Tunisie, la Libye, et celles d’arrivées, afin de miser sur les moyens susceptibles de réduire les risques de cette migration illégale ou clandestine.
La réduction de risques de l’immigration clandestine requiert un engagement au front commun. Et le père Massengo, d’estimer que « cette question ne peut pas être résolue par l’Église toute seule ». Pour en venir à bout de ce phénomène, il préconise la jonction des compétences et la concertation.
Dans cette perspective, le Symposium des Conférences Episcopales d’Afrique et de Madagascar entend marquer la fin de ses travaux par l’adoption d’une prise de position sur la crise migratoire, qu’il partagera avec les décideurs nationaux et les organisations internationales par le biais de son bureau de liaison au sein de l’union africaine.

 

 

07 décembre 2018, 17:53