Cerca

Vatican News
Illustration : Jésus et les pharisiens Illustration : Jésus et les pharisiens  

Méditation dominicale : Attendre, Espérer, Veiller : Les trois mots qui qualifient l’Avent

Le Père jésuite Antoine Kerhuel, Secrétaire général de la Compagnie de Jésus, nous introduit à la méditation avec les lectures du premier dimanche de l’Avent.
Méditation dominicale Ier Dimanche Avent, avec le Père Antoine Kerhuel, SJ

Attendre, Espérer, Veiller : Ces trois mots qualifient le temps de l’Avent dans lequel nous entrons aujourd’hui.

Attendre ! Dès la première lecture de ce dimanche, nous entendons le prophète Jérémie annoncer au peuple d’Israël et à la maison de Juda : « En ces jours-là, en ce temps-là, je ferai germer pour David un Germe de justice, et il exercera dans le pays le droit et la justice. » Ce qui germe ainsi – celui qui naît ainsi – est une source d’espérance pour tout le peuple : grâce à lui, le droit et la justice règneront enfin sur terre. Qui de nous, dans quelque pays que nous nous trouvions, en quelque époque que nous vivions, ne nourrit pas une telle espérance ? Certes, nous connaissons la dure réalité de notre monde. Parfois même nous sommes victimes, voire complices, de cette dure réalité. Cependant, notre être aspire à un monde différent. Souvent les prophètes de la Bible présentent le salut attendu en termes de justice : arrive le salut lorsque s’établissent de justes relations entre les habitants d’une même terre.

Cette attente et cette espérance ne peuvent être comblées sans la conversion de chacun. Lorsque Paul s’adresse, dans la deuxième lecture de ce jour, aux Thessaloniciens, il les appelle à approfondir leur vie fraternelle : « que le Seigneur vous donne, entre vous et à l’égard de tous les hommes, un amour de plus en plus intense et débordant, comme celui que nous avons pour vous ». Paul invite les Thessaloniciens à croître sans cesse dans l’amour mutuel. Il ne leur dit pas : « vous êtes les meilleurs, vous êtes arrivés au but », mais : « vous êtes sur la bonne route, continuez à avancer ». En ce premier dimanche de l’Avent, cet appel à aller plus loin dans notre vie de foi, à faire en sorte que notre vie de foi se manifeste toujours plus concrètement dans nos relations mutuelles, cet appel nous est adressé à nous aussi. Cette conversion personnelle n’est pas conformité à un devoir ou à une morale. Cette conversion personnelle est portée par un amour qui – loin de rester enfermé dans d’édifiantes formules ou dans une fausse piété – s’expriment dans le quotidien de nos existences, dans nos relations avec autrui.

Souvent, le chrétien se qualifie lui-même de « veilleur ». Oui, nous attendons le Règne de Dieu qui vient. L’Evangile de ce jour donne à cette attente une expression très imagée : dans les vicissitudes du monde (alors que les astres du ciel – soleil, lune et étoiles – s’affolent, alors que les nations sont saisies de peur) un espoir est présent : « redressez-vous et relevez la tête car votre rédemption approche ». Dans notre veille, nous nous disposons activement à accueillir le Règne de Dieu qui vient. Durant ce temps de l’Avent, puisse notre vie changer afin que nous puissions vraiment accueillir Celui qui vient vers nous !

Nous aujourd’hui, nous savons déjà où nous conduit l’Avent : vers la fête de Noël, vers la naissance d’un enfant, en qui – avec les bergers et les mages – nous reconnaîtrons Celui qui vient tirer toute l’humanité vers le haut, vers la vie en Dieu, vers la vie de Dieu. Dans l’Evangile de ce jour, il est fait référence à des signes grandioses, à des cataclysmes, à des manifestations de puissance, mais quelle ne sera pas notre surprise lorsque, le jour de Noël, nous serons invités à reconnaître le salut dans la naissance d’un petit enfant. Notre veille, notre attente active du Règne de Dieu qui vient devra nous rendre attentifs à cette étonnante manière de faire de Dieu. Loin de se présenter à nous dans le bruit des armes ou dans toute autre manifestation de puissance, Dieu se laissera découvrir dans la faiblesse d’un nouveau-né.

Oui, l’Avent est un temps de conversion ! Qu’il en soit ainsi pour chacun et chacune d’entre nous !
 

30 novembre 2018, 17:45