Vatican News
Des fidèles portent le cerceuil du cardinal Sfeir à Bkerké Des fidèles portent le cerceuil du cardinal Sfeir à Bkerké  (ANSA)

Le cardinal Sandri salue l'hommage choral des Libanais au cardinal Sfeir

Les obsèques du cardinal Nasrallah Sfeir décédé dimanche dernier, sont célébrées ce jeudi 16 mai à Bkerké. Des milliers de Libanais se sont recueillis sur son corps ces dernières heures. Envoyé du Pape, le cardinal Leonardo Sandri Préfet de la Congrégation pontificale pour les Églises orientales, est impressionné par l’«hommage choral» qui reflète l’amour et le respect de tout un peuple envers le patriarche émérite des maronites.

Marie Duhamel – Cité du Vatican

Le Saint-Siège ainsi que plusieurs États tels que la Jordanie, l’Arabie Saoudite, le Qatar ou la France, ont tenu à rendre hommage au cardinal Nasrallah Sfeir, en envoyant leur représentant aux funérailles du patriarche émérite, dont le portrait souriant est affiché sur de nombreux murs de la capitale libanaise.

Mardi, le corps du cardinal défunt a été exposé dans la chapelle intérieure du patriarcat maronite. Par milliers, les Libanais lui ont rendu hommage, «une procession incessante» de riches et de moins riches et pas uniquement de chrétiens qui a saisi le cardinal Leonardo Sandri, Préfet de la Congrégation pontificale pour les Églises orientales et envoyé du Pape François à Bkerké. «Un hommage choral» qui «reflète l’amour et le respect des autorités civiles, des évêques et des fidèles» pour cet «homme de foi» «discret» mais «ferme» qui accompagna l’Église lors des heures les plus sombres marquées par «le sang, la guerre, les attentats, le terrorisme».

Après la guerre, le Pape Jean-paul II se rendit sur place.; c'est alors qu'il parla du pays comme d'un« message». Et en 1995, un synode fut consacré au pays du Cèdre. «C'est là aussi l’œuvre du cardinal» soucieux, rappelle le cardinal Sandri, du bien de son pays, de sa souveraineté et de tous ses habitants. Le préfet rappelle l’importance qu’accordait le cardinal Sfeir aux dialogue interreligieux.

Ce jeudi, plus de 8 600 chaises ont été installées à l’extérieur du bâtiment patriarcal pour la cérémonie qui débute à 17 heures. Les plus hautes autorités de l’État et les délégations étrangères, les patriarches orientaux y prendront place. Beaucoup de fidèles de toutes confessions sont attendus. Des bus ont été mis à disposition pour les acheminer jusqu’à Bkerké. Ils viendront de tous les coins du Liban, rapporte L’Orient-le-Jour.

Le quotidien libanais explique que la cérémonie religieuse se limitera à la récitation de l’office des morts, sans messe, et à une oraison funèbre prononcée par l’actuel patriarche, le cardinal Béchara Raï. À l’issue des funérailles, le cercueil sera transféré vers le cimetière patriarcal.

Le témoignage du cardinal Leonardo Sandri, envoyé du pape à Bkerké
16 mai 2019, 15:09