Vatican News
Les éveques du Tchad (Photo Archive) Les éveques du Tchad (Photo Archive)  

Préoccupés par la dégradation des relations entre les tchadiens, les évêques appellent à la fraternité

Centré sur le thème de la fraternité entre les tchadiens, le message de Noël 2018 de la Conférence Episcopale du Tchad s’articule autour de trois points à savoir : la conscience de l’origine commune, le projet commun à construire ensemble, les conditions pour retrouver, consolider et promouvoir la fraternité entre les tchadiens.

Cédric Mouzou, SJ, - Cité du Vatican

« Tous frères dans la maison commune. » C’est le titre du message de Noël 2018 des évêques tchadiens, a l’issue de la première session ordinaire pour l’année pastorale 2018-2019, qui s’est tenue du 04 au 14 décembre 2018. Les évêques disent publier ce message « pour mieux aider les chrétiens à accueillir personnellement, en famille et en communauté, la naissance de Jésus Christ ». Le Message qui a fait l’objet d’une conférence de presse le 14 décembre 2018 au siège de la Conférence Episcopale du Tchad, commence d’abord par rappeler aux tchadiens qu’ils sont tous frères. Les évêques se disent « préoccupés par la dégradation des relations entre les tchadiens, trahissant leur désir intime de concorde et de cohabitation pacifique avec le voisin dans une nation fondée sur la fraternité et la solidarité. »

Les tchadiens veulent vivre ensemble

Les évêques réaffirment le perpétuel désir des tchadiens à savoir : « vivre ensemble comme frères et sœurs ». Un désir réaffirmé lors de la Conférence Nationale Souveraine. Vivre l’unité nationale, expliquent-ils, c’est construire avant tout et ensemble la fraternité. Cette fraternité comprise comme famille, est un principe sacré. Car elle « se construit essentiellement à partir d’une volonté de vivre ensemble et non plus sur une base ethnique ou régionale ». Vécue au quotidien, elle permet, affirme l’épiscopat tchadien, de renforcer l’unité. La volonté de vivre ensemble, rappellent les évêques, se trouve également consigné dans le Plan National de Développement, PND, 2017-2021. Un Plan qui a pour objectif de « lutter contre les inégalités sociales qui entraineraient la fragilisation de l’unité nationale et de la démocratie ». Les évêques invitent à trouver dans le deuxième couplet de l’Hymne national du pays, la preuve que cette fraternité est voulue par Dieu : « Peuple du Nord et ses troupeaux immenses, peuple du Sud qui cultive ses champs, pasteurs, montagnards, pêcheurs, commerçants, soyons un seul grand peuple qui s’avance ». Il est temps, martèlent les évêques, « que nous apprenions à nous aimer entre nous, à travailler ensemble pour rendre le pays plus solide et prospère ».

 

Un contexte géopolitique qui n’aide pas

Au Tchad, souligne la Conférence Episcopale, « beaucoup de lois et de déclarations prônent la fraternité nationale mais leur application pose problème ». Les évêques attribuent la responsabilité au contexte géopolitique actuel du pays qui ne permet pas de réaliser cet idéal de fraternité. L’épiscopat tchadien est conscient des résistances : « l’intégration linguistique, ethnique et religieuse des Tchadiens reste un long chemin à parcourir». La cohabitation pacifique qui avait pris un bon départ, constatent les évêques, « se trouve confrontée à des difficultés malgré les nombreuses rencontres entre les leaders des confessions religieuses et la célébration de la Journée du 28 novembre ». Ces difficultés sont visibles. La Conférence Episcopale tchadienne en égrène une litanie : « la multiplication des conflits intercommunautaires sans vraie solution, l’accaparement de terre, la violation des espaces sacrés traditionnels, l’impunité, la corruption, le népotisme, le radicalisme religieux et la confusion des rôles entre l’exécutif, le législatif et le judiciaire. » La mauvaise gouvernance, souligne-t-elle, « crée des mécontents, engendre des tensions socio-politiques et brise le tissu social ». A cela s’ajoute la destruction de l’écosystème, malgré les lois de protection de l’environnement. Toutefois, les évêques saluent les efforts fournis par l’Etat et ses partenaires en matière de santé publique.

L’appel des évêques

La Conférence Episcopale du Tchad conclut son message en adressant des recommandations à la communauté chrétienne, aux leaders religieux, aux hommes politiques, aux jeunes et aux familles. Des conditions, en effet, pour retrouver, consolider et promouvoir la fraternité entre les tchadiens. Les évêques sont confiants et affirment la ferme volonté « de marcher vers cet idéal et de promouvoir tout ce qui peut encourager le vivre ensemble des enfants du Tchad dans l’unité, la solidarité et la fraternité ». Ainsi ils invitent la communauté chrétienne, a accueillir le message de noël avec foi et espérance. Les responsable religieux sont invités à saisir ensemble avec les évêques tchadiens, « toutes les opportunités pour entreprendre des actions qui favorisent le dialogue qui invite à la tolérance, au pardon et à la réconciliation ». La Conférence Episcopale du Tchad invite les hommes politique a « un sursaut de conscience politique pour amener leurs frères et sœurs à vivre comme les enfants d’une même famille dans notre maison commune ».

La mission des familles et des jeunes


« Relever le défi de l’avenir par l’authenticité de la vie fraternelle », c’est le souhait des évêques à l’endroit de la jeunesse tchadienne. Mains dans la main, ils seront plus forts. Ils doivent aussi croire qu’ils peuvent transformer leurs rêves en réalités. Une mission que les jeunes chrétiens sont appelés à soutenir en tant que disciples missionnaires de Jésus-Christ. Tout en exprimant leurs reconnaissances aux familles pour les valeurs acquises et transmises par l’éducation, les évêques, empruntent les expressions du Pape François pour adresser « une invitation urgente à un nouveau dialogue sur la façon dont nous construisons l’avenir de la planète ».
 

18 décembre 2018, 10:17