Vatican News
Le cardinal Michael Czerny, sous-secrétaire de la Section Migrants et Réfugiés. Le cardinal Michael Czerny, sous-secrétaire de la Section Migrants et Réfugiés. 

Cardinal Czerny: les personnes déplacées peuvent être une force de changement

En vue de la 106ème Journée mondiale des réfugiés migrants, prévue pour le dimanche 27 septembre, le cardinal Michael Czerny, sous-secrétaire de la Section Migrants et Réfugiés du Dicastère pour le Service du Développement humain intégral, a appelé dans le cadre d’une réunion en ligne organisée ce mercredi, à une plus grande collaboration pour la protection des personnes déplacées.

Benedikt Mayaki SJ - Cité du Vatican

Cette visioconférence était organisée conjointement par le Service jésuite des réfugiés (JRS) et l'Union internationale des supérieures générales (UISG) en collaboration avec la Section Migrants et Réfugiés. Le cardinal canadien a fait remarquer que la collaboration entre ces différents organismes «peut favoriser une écoute plus attentive de ce dont les personnes déplacées ont besoin, de ce qu'elles espèrent et de ce à quoi elles aspirent» ; «elle peut également stimuler la participation des personnes déplacées de tous les milieux et de toutes les capacités aux décisions qui les concernent, dans les langues et les formats qu'elles comprennent».

La Journée mondiale du migrant et du réfugié été instaurée pour sensibiliser le grand public à la vulnérabilité des personnes en déplacement, pour prier pour elles, et aussi pour mettre en lumière les aspects positifs de ces phénomènes. «Les personnes déplacées nous offrent la possibilité de découvrir des parties cachées de l'humanité et d'approfondir notre compréhension des complexités de ce monde, a déclaré le cardinal. C'est à travers eux que nous sommes invités à rencontrer le Seigneur même si nos yeux ont du mal à le reconnaître».

En vue de cette journée, le Pape François a publié un message intitulé Contraints de fuir comme Jésus-Christ. Le cardinal Czerny revient sur ce texte en expliquant qu'en raison des défis posés par la pandémie actuelle, le Pape a élargi la portée de son message pour englober non seulement les personnes déplacées à l'intérieur du pays mais aussi tous ceux qui vivent «des situations de précarité, d'abandon, de marginalisation et de rejet à la suite de la pandémie de Covid-19».

Des verbes liés à l'action pratique

Le Pape avait déjà en 2018 invité tout le monde à répondre à ce défi pastoral avec ces quatre verbes : «accueillir, protéger, promouvoir et intégrer». Sur cette base, dans le message de cette année, François a voulu mettre en valeur des actions concrètes liées à chacun : il faut savoir pour comprendre ; il faut être proche pour servir ; il faut écouter pour se réconcilier ; il faut partager pour grandir ; il faut s'impliquer pour promouvoir ; et enfin, il faut coopérer pour construire.

Dans chaque paire d'actions liées aux verbes, a noté le cardinal, le Pape François présente «une attitude ou une capacité de base pour atteindre des objectifs profondément importants tels que la réconciliation et la croissance», et espère avoir le courage de créer des espaces permettant de nouvelles formes d'hospitalité, de fraternité et de solidarité.

Collaboration entre les acteurs de l'Église

S'inspirant des paroles du Pape François et de l'expérience d'une personne déplacée, le cardinal Czerny a partagé deux considérations. Tout d'abord, il a souligné l'importance de partager des objectifs communs entre les acteurs de l'Église en ce qui concerne le soutien aux personnes déplacées à l'intérieur du pays.

Notant que leur protection est la responsabilité première des autorités nationales, il a souligné que la réponse aux personnes déplacées nécessite une approche systémique afin de susciter une prise en compte au niveau mondial. À cet égard, il a expliqué que la Section Migrants et Réfugiés avait élaboré des directives pastorales sur les personnes déplacées avec le soutien du JRS et d'autres organisations.

Le cardinal a également encouragé la participation des personnes déplacées à l'intérieur de leur pays à la conception, à la mise en place de mesures de protection et d'assistance en leur faveur, ainsi qu'à l'élaboration de lois et de politiques relatives aux personnes déplacées.

Les personnes déplacées: une force positive pour le changement

Le cardinal Czerny a également souligné que la détermination, les compétences et les capacités avec lesquelles les personnes déplacées reconstruisent leur vie peuvent contribuer à améliorer les sociétés qui deviennent leurs nouvelles réalités. Notant que «les personnes déplacées peuvent être une force positive pour le changement», il a déclaré que le soutien de leur interaction avec les communautés locales aidera à promouvoir la cohésion sociale, la paix, la sécurité et le développement.

Étant «proches de nos frères et sœurs déplacés, nous sommes appelés à révéler la beauté et les capacités qu'ils ont», a-t-il noté. En conclusion, le cardinal a rappelé le message du Pape inspiré par Mt 25,31 - 46 qui nous encourage à reconnaître Dieu dans le visage des affamés, des assoiffés, des malades, des étrangers et des prisonniers.

23 septembre 2020, 17:52