Vatican News
«Dans la solitude, le coronavirus tue encore plus», alerte le Saint-Siège, le 6 avril 2020. «Dans la solitude, le coronavirus tue encore plus», alerte le Saint-Siège, le 6 avril 2020.   (©Pixel-Shot - stock.adobe.com)

Le Saint-Siège exhorte à remédier à la solitude des personnes âgées

Dans un texte paru le 6 avril 2020, le dicastère pour les Laïcs, la famille et la vie appelle, aujourd’hui plus que jamais, à prendre soin des personnes âgées, particulièrement celles abandonnées à une solitude «dans laquelle le coronavirus peut tuer encore plus».

Le dicastère pour les Laïcs, la famille et la vie appelle plus que tout à protéger et prendre soin des personnes âgées en cette période de pandémie, véritable «tempête inattendue et furieuse, au cours de laquelle nous avons pris conscience que nous sommes tous sur le même bateau», selon les mots du Pape lors de la bénédiction Urbi et Orbi du vendredi 27 mars dernier. 

 «Il y a de cela quelques semaines, le Pape François avait déclaré que “la solitude peut être une maladie, mais une maladie que nous pouvons soigner avec la charité, la proximité et le confort spirituel’’», rappelle le dicastère dans une lettre, soulignant que toute une génération était en train de payer le prix de la pandémie, puisqu’en Italie, plus de 80% des personnes décédées ont plus de 70 ans.  

La maladie de la solitude

Ces mots nous aident à comprendre que si le coronavirus est plus mortel lorsqu’il rencontre un corps affaibli, dans de nombreux cas, la pathologie antécédente est la solitude. C’est pourquoi, exhorte le Saint-Siège, il est important que nous fassions tout notre possible pour remédier à cet état d’abandon. «Dans les circonstances actuelles, cela pourrait signifier sauver des vies humaines».

Et le dicastère de saluer les nombreuses initiatives ecclésiales en faveur des personnes âgées qui ont essaimé ces derniers jours, à travers les appels téléphoniques, les messages vidéo ou vocaux ou, plus traditionnellement, les lettres adressées à ceux qui sont seuls. Souvent aussi, les paroisses sont engagées à livrer de la nourriture et des médicaments à ceux qui ne peuvent pas sortir de chez eux. Et un peu partout, des prêtres continuent à visiter les familles pour leur administrer les sacrements.

Les personnes âgées, présent et avenir de l’Église

Ces réseaux de solidarité tissés sont indispensables, mais la gravité du moment nous invite à faire plus, insiste le dicastère pour les Laïcs, la famille et la vie.  

«En tant qu’individus et en tant qu’Églises locales, nous pouvons faire beaucoup pour les personnes âgées: prier pour elles, guérir la maladie de la solitude, activer des réseaux de solidarité et bien plus encore».

«Nous avons une responsabilité commune, qui découle de la conscience de la valeur inestimable de chaque vie humaine et de la gratitude envers nos parents et nos grands-parents. Ne laissons pas les personnes âgées seules, car dans la solitude, le coronavirus tue encore plus».

Le Saint-Siège souhaite en particulier dédier toute son attention envers les personnes âgées qui vivent dans des établissements d’accueil: «Malgré la complexité de la situation dans laquelle nous vivons, il est important de rappeler que sauver la vie des personnes âgées qui vivent en institut ou qui sont seules ou malades est tout aussi prioritaire que sauver toute autre personne».

Dans les pays où la pandémie est encore limitée, il est encore possible de prendre des mesures préventives pour les protéger, enjoint le dicastère, car l’avenir de nos sociétés et de nos communautés ecclésiales en dépend, comme l’a récemment déclaré le Pape François, «les personnes âgées sont le présent et le futur de l’Église».

07 avril 2020, 12:00